Envie d'Agir : Thomas Scuderi écrit au Premier Ministre et au Ministre de la Jeunesse

26 août 2010

Déjà plus de 650 internautes ont rejoint le groupe Facebook "Sauvons Envie d'Agir" créé le 20 août dernier pour protester contre la suppression par le gouvernement du dispositif d'aide aux jeunes porteurs de projets, et plusieurs dizaines de témoignages ont été recueillis suite à l'appel lancé simultanément. Aujourd'hui la mobilisation monte en puissance puisque Thomas Scuderi, adjoint au Maire délégué à la Jeunesse, vient d'écrire au Premier Ministre François Fillon et au Ministre de la Jeunesse, Marc-Philippe Daubresse. Retrouvez ci-dessous le texte du courrier adressé le 25 août 2010.
De nombreux conseils pour réagir et défendre Envie d'Agir sont disponibles sur le site http://scuderi.fr

Monsieur le Premier Ministre

C'est avec déception et étonnement que j'ai appris la décision du gouvernement de supprimer le programme Envie d'Agir dès 2011.

Déception car il s'agit là d'un dispositif exemplaire, le seul à proposer aux jeunes porteurs de projet un accompagnement de qualité. Il n'est en effet pas uniquement question d'une aide financière, mais bien plus d'un soutien pédagogique et relationnel qui a permis à des centaines de milliers de jeunes, depuis bientôt 25 ans, de réaliser des projets originaux et innovants qui tiennent une place fondamentale dans leur parcours personnel. Dès lors, quel symbole se cache derrière cet arrêt brutal aux yeux de nos jeunes concitoyens ?

Etonnement aussi puisque de nombreux partenaires, convaincus de la pertinence et de la qualité du programme Envie d'Agir, qu'ils soient privés ou publics, se sont engagés aux côtés de l'Etat pour porter ce dispositif avec enthousiasme. En Lorraine, nous sommes d'ailleurs les seuls en France à avoir mis en place un Club des partenaires Envie d'Agir. Les Villes de Metz et de Nancy, la Région Lorraine et d'autres partenaires comme la C.A.F. ou la fondation Batigère se sont réunis, afin de contribuer à la promotion, au développement et au soutien des initiatives et de l'engagement des jeunes. Par exemple, la Ville de Metz réserve chaque année une enveloppe de 30 000 € au titre de sa participation au Programme Envie d'Agir. Depuis 2008, plus de 50 porteurs de projet ont donc pu bénéficier de son soutien. Envie d'Agir a ainsi permis en 2009 la production de quatre premiers albums de formations musicales locales, la réalisation de cinq films, la création de douze activités économiques allant de l'édition au service à la personne en passant par des labels de production et autres ateliers artisanaux, ouvrant bien souvent la voie d'une aventure professionnelle. Aussi, cette décision apparaît-elle tout à fait injuste et arbitraire d'autant qu'aucun partenaire n'a été consulté sur le sujet.

Je m'inquiète donc très sérieusement du devenir des jeunes porteurs de projets, nombreux, qui quotidiennement nous sollicitent au titre du programme Envie d'Agir.

Par conséquent, conservant l'espoir que cette information soit erronée, je vous saurai gré de bien vouloir confirmer ou infirmer celle-ci. De plus, si la suppression du dispositif évoqué était avérée, quelle alternative pourrions-nous espérer à l'échelle locale en lien avec les Directions Régionales et Départementales des services de l'Etat, alors que nous conservons pour notre part une réelle volonté de pérenniser l'action existante ?

Monsieur le Premier Ministre qu'allons-nous dire à cette nouvelle génération qui a besoin, comme les autres avant elle, d'un soutien, d'un accompagnement, d'un déclencheur : fini d'agir ?

Comptant sur l'attention que vous porterez à ces questions, je vous prie, Monsieur le Premier Ministre, d'agréer mes sincères salutations.

Thomas SCUDERI, Adjoint au Maire de Metz

Thèmes