Quand METTIS entre en gare

6 décembre 2010

Vue d'une rame METTIS

Six mois après l'ouverture de l'exposition METTIS à l'Hôtel de Ville qui a rassemblé plus de
6 000 visiteurs et à quelques mois des premiers travaux d'aménagements du réseau, Metz.fr a choisi d'inaugurer le premier rendez-vous d'une série consacrée à l'avancée et aux étapes de la construction du projet.

Le projet METTIS porté par Metz Métropole, consiste en la mise en oeuvre de deux lignes de transport en commun en site propre (TCSP) et à la réorganisation d'un réseau destiné à améliorer le niveau de service des transports collectifs dans l'agglomération messine. Il répond aux enjeux de demain, pour faciliter l'accès aux zones d'activités et d'habitation, au moment où le trafic de circulation interne de la ville est en constante augmentation. Désengorger les liaisons les plus saturées et permettre à la population messine de pratiquer une autre mobilité, plus respectueuse de l'environnement, sont les objectifs de ce projet. Le tracé officiel de METTIS a été acté par une Déclaration d'Utilité Publique signée par le Préfet le 17 mai dernier. Seules quelques sections nécessitant plus de précision font encore l'objet de concertations. C'est actuellement le cas place de la Gare, où l'on définit un aménagement spécifique en lien avec les aspects fonctionnels et historiques du projet.

Vue d'une station METTIS

Un tracé optimal

Le passage de METTIS à la Gare est l'opportunité de diagnostiquer l'état actuel de la place du Général de Gaulle. Le parcours proposé par Metz Métropole suppose une organisation de la place la plus optimale et la plus fonctionnelle possible, au regard des avantages et inconvénients des conditions de circulation actuelles soulevés par les ingénieurs de la mission METTIS. Les premières esquisses de l'aménagement de la place seront présentées au cours du premier semestre 2011 aux commerçants et aux riverains, lors d'une réunion de travail et lors de réunions publiques avec les comités de quartiers.

Retour aux sources

Photo de la place de la Gare en 1908Le tracé à l'étude, proposant le passage de METTIS devant la Gare, s'inscrit dans une volonté de redonner à la place du Général de Gaulle son caractère originel, dans le cadre de la candidature du quartier au patrimoine mondial de l'UNESCO et de la démarche de labellisation de Metz en « Ville d'Art et d'Histoire ». Depuis 1908 et jusqu'à sa configuration actuelle, la place était non seulement un lieu de rencontres et d'échanges, mais aussi un point central du réseau de transport en commun avec une ligne de tramways jusqu'en 1948. Dans cette optique de respect de notre patrimoine architectural, la Ville de Metz s'est entourée de Mme Michard, architecte des Bâtiments de France et de M. Abram, architecte conseil chargé de la mission UNESCO, pour assurer la cohérence du projet avec l'histoire de Metz. Notons également que les travaux de surface proposés n'auront aucune incidence sur l'esthétique de la place.

Plus d'accessibilité

Plan schématique du réseau METTIS, secteur GarePlan du tracé du tramway place de la Gare en 1913

En l'état actuel, la place de la Gare pose un nombre considérable de contraintes en termes de circulation, de stationnement et d'accessibilité. La circulation aux abords de la Gare, des TCRM, des voitures ou encore des taxis n'est pas évidente, comme chacun peut le constater chaque jour. Le stationnement intempestif, en double file sur l'espace mixte piétons/bus bloque le passage des TCRM, occasionnant de nombreux retards. La place pose également de gros problèmes aux personnes à mobilité réduite, gênées par la présence des marches, dont l'existence résulte du projet d'aménagement de 1995. Un vécu difficile, tant pour les vélos que pour les usagers souhaitant accéder à la desserte minute. Le projet d'aménagement consiste à supprimer la différence de niveau créée artificiellement par la configuration en hémicycle de la place, de dégager des espaces beaucoup plus larges, pour des usages plus fluides et accessibles à tous, y compris pour les personnes à mobilité réduite. Notons que le parking et le passage souterrain ne seront pas modifés et que les matériaux actuels seront réutilisés au maximum pour leur donner une seconde vie.

Anticiper l'avenir

Avec l'augmentation de la circulation sur l'agglomération de 2 à 3% par an et la perte d'attractivité des TCRM en raison de l'allongement des temps de parcours, le projet METTIS s'impose au moment où le plan de circulation de la place aurait de toute façon dû être repensé. Cela implique un tracé qui relie directement les points stratégiques de l'agglomération, parmi lesquels les places de la République et du Général de Gaulle, les nouveaux hôpitaux ou encore les zones d'activité économique. Ce projet dessert à la fois l'avant et l'arrière de la Gare et assure des échanges performants à l'avant, avec le réseau ferré et les lignes classiques du réseau urbain. Il dessert, à l'arrière de la Gare, le pôle culturel majeur qu'est le Centre Pompidou-Metz et accompagne le développement de la ZAC de l'Amphithéâtre où est programmée la construction d'un centre des congrès, d'un hôtel et de bureaux. Un pôle multimodal (tous modes de transport) notamment consacré aux liaisons avec le reste de l'agglomération et aux TIM (Transports Interurbains de la Moselle) viendra compléter le dispositif à l'arrière de la Gare. Dans sa configuration envisagée, le futur système sera capable de répondre sur le long terme à une forte croissance des déplacements en transports en commun.

Vue d'une station METTIS

En termes de coût

Le coût initial de l'ensemble du projet METTIS a fait l'objet d'une réévaluation, prenant en compte la totalité des dépenses (voies TCSP, aménagements urbains et paysagers), l'évolution des aspects technologiques apportés au projet (par exemple l'équipement des véhicules en moteurs hybrides) ainsi que l'inflation inhérente depuis trois ans. Des économies importantes réalisées par ailleurs ont permis de limiter les augmentations de coût. Au total, le projet se chiffre à 198,8 M€ HT. Rappelons aussi qu'il fait l'objet de subventions à hauteur de 77,2 M€ HT et d'une prise en charge du futur délégataire des transports publics estimée à 32,4 M€ HT. La part restant à la charge de Metz Métropole, soit 89,2 M€ HT sera essentiellement financée par le Versement Transports (payé par les employeurs). Une ressource suffisante pour couvrir la dépense du projet sans avoir recours à une fiscalité supplémentaire sur les ménages. Concernant la partie Gare, les ajustements d'aménagements complémentaires (mise à niveau, revêtements de sols et mobilier du parvis en demi-lune) sont estimés à 700 000€ sur un total de 3,5M€ pour l'ensemble de la réorganisation de la place.

Place du Général de Gaulle : les dates à retenir...

- Printemps 2011 : Premières esquisses d'aménagement et réunions publiques
- Fin 2011-début 2012 : Début des travaux
- Début 2013 : Essais et marche à blanc
- Automne 2013 : Mise en service du METTIS

Yves le Chanu, Directeur des TCRM, répond à nos questions...

Photo de Yves le Chanu, Directeur des TCRMMetz Magazine : Comment les TCRM vivent l'aménagement actuel de la place du Général de Gaulle ?
Yves Le Chanu : Pour nos conducteurs, le passage du secteur Gare est stressant car ils subissent des aléas de circulation tels que le stationnement gênant, les arrêts intempestifs ou la saturation du couloir bus par d'autres utilisateurs. Plus techniquement, les nombreux cisaillements entre les différents flux (automobile, bus, ...) font qu'aucun utilisateur n'est satisfait. Enfin, l'aménagement actuel accroît nos temps de parcours et dérègle la ponctualité des bus. Cela génère des temps de parcours plus long mais aussi des retards pour nos clients.

MM. : Peut-on chiffrer ces perturbations ?
Y.L.C. : L'exercice n'est pas facile car il y a une part difficilement simulable qui est celle des retards (ponctualité). Par contre, les temps de parcours perdus par nos bus (délai de passage non-fluide et cisaillement aux feux) se chiffrent à 8 285 heures par an. Ainsi on peut estimer l'impact sur les temps de parcours à un surcoût pour la collectivité de 252 000 € par an. Il est vrai que la Gare est le 2e point d'arrêt de notre réseau et beaucoup de bus y passent. La gêne est donc multipliée.

MM. : Qu'attendez-vous pour un fonctionnement meilleur ?
Y.L.C. : La Gare est un lieu d'échanges entre les différents modes de transports. Il deviendra à terme le point principal du réseau... nous pourrions dire des réseaux (TER, Grandes lignes, TIM, METTIS, ...). Le projet proposé par la maîtrise d'oeuvre de METTIS nous rassure car nous entrevoyons une plus grande fluidité dans le traitement des différents flux, une meilleure accessibilité et visibilité avec la Gare pour les arrêts de bus. Il est important de dissocier dès que possible le BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) des autres lignes. Tous ces éléments vont permettre de consolider la régularité du BHNS, ce qui est une clé de succès indispensable du système.

Thèmes