Zinzin Moretto le 01/10/12
J'applaudis des deux mains à la Nuit blanche. Cependant, en tant que père de famille, j'hésite à y aller avec mes enfants d'une dizaine d'années, tant cet évènement, à l'instar de la fête de la musique, s'apparente à une gigantesque fête de la bière. Ne pourrait-il pas être possible de la prolonger tout le samedi afin de toucher un public familial et permettre des discussions en famille et d'initier les plus jeunes à la culture contemporaine? Cela permettrait aussi de rentabiliser l'investissement de cette manifestation... après tout, après une nuit blanche, on ne dort pas forcément...
Antoine Fonté
La Nuit Blanche a pris en compte les remarques des Messins et veille à proposer dès 18h l'ouverture des sites afin de permettre au public familial de découvrir les créations. L'horaire de fin de la manifestation a également été réduite.
Au-delà de l'événement, et afin de permettre aux plus jeunes de s'initier à la culture contemporaine, la Nuit Blanche décline depuis cette année une semaine dédiée au jeune public intitulée « la Nuit Blanche des petits » avec spectacles musique & danse, ateliers graphiques et culinaires. C'était à la Salle Braun du 12 au 19 septembre dernier. Tous les renseignements sur nuitblanchemetz.com.
Dans ce même objectif, deux projets vont être diffusés dans les écoles du premier degré de Metz durablement sur toute l'année :
  • l'œuvre Chromatique game commandée à l'artiste messin Jean Christophe Roelens qui initiera les enfants à la musique ainsi qu'à la découverte des couleurs. Une œuvre pérenne qui sera visible le soir de la Nuit Blanche bd de Trèves à l'entrée des artistes.
  • Elle va ensuite être prêtée à 10 écoles messines sur toute l'année scolaire.
Le manuel scolaire artistique Uno Duo commandé au collectif Modèle Puissance qui propose une première approche de la création contemporaine. Il sera distribué aux élèves des écoles du premier degré.
Zinzin Moretto le 01/10/12
Parking Mazelle : je le trouvais déjà assez beau... le nouvel habillage est très réussi et pose cet ouvrage en véritable objet... mais... juste derrière (enfin, c'est une question de point de vue...), la tour des pompiers... quelle verrue.... Lors d'une nuit blanche, elle a été habillée... Ne pourrait-elle pas l'être de façon permanente? Soit avec l'ouvre d'un artiste qui serait pérennisée, soit en tant qu'oeuvre temporaire "permanente" qui illustrerait Metz comme amie de l'art contemporain... au delà, d'un centre Pompidou un peu trop refermé sur lui-même... qu'il essaime dans toute la ville que diable!!!
Antoine Fonté
La tour de séchage des tuyaux de la caserne des pompiers a été construite par l'architecte Georges-Henri PINGUSSON en 1959. Cet architecte reconnu comme un des plus grands architectes de l'après-guerre, a réalisé le gymnase au sein de la caserne des pompiers. La propriété de ces bâtiments appartient au Conseil Général, seule collectivité pouvant répondre à votre proposition.
Zinzin Moretto le 01/10/12
Monsieur le Maire, qu'en est-il du projet de médiathèque associée au centre Pompidou? Cela faisait partie de votre programme de campagne, me semble-t-il. Avec le quartier de l'amphithéâtre et celui des coteaux de la Seille, ne serait-il pas judicieux de déplacer la médiathèque du Sablon dans des locaux modernes, accessibles (gare, Mettis...) et profiter de la locomotive Pompidou?
Dominique Gros
Ce projet ne faisait pas partie de notre programme de campagne, il avait été porté par l'ancienne municipalité qui souhaitait en faire une Médiathèque intercommunale tête de réseau. A notre arrivée à la tête de la Municipalité, il a été décidé de privilégier un renforcement de la lecture publique dans les quartiers plutôt qu'une grande Médiathèque. C'est ainsi que nous avons engagé l'étude pour une Médiathèque-Centre Social dans le quartier de la Patrotte, où les besoins sont très importants en matière d'animation et de Culture et que nous avons rénové dans sa totalité la médiathèque du Sablon pour améliorer le service et l'accueil du Public. La nouvelle médiathèque du sablon devrait être inaugurée courant du mois d'Octobre.
Zinzin Moretto le 01/10/12
Plusieurs de mes voisins ne sont jamais allés au centre Pompidou. pourtant, habitant le Sablon, ils sont tout proches... Dans votre programme de campagne, vous souhaitiez que cet équipement profite aux messins et ait un caractère plus populaire... quelle marge de manœuvre avez vous réellement? Pourquoi Metz ne serait pas une capitale de la culture contemporaine pour tous? Pour que les messins soit non seulement fier de ce centre, mais pratiquent la culture, créent, et fassent visiter à leurs invités un équipement qui serait un peu le leur...
Antoine Fonté
Les chiffres démontrent, s'il en est besoin, le succès public du Centre Pompidou Metz depuis son ouverture. J'en donnerai un seul c'est le nombre d'entrées depuis l'ouverture en mai 2010 qui dépasse les 1,5 million de visiteurs, positionnant le Centre d'Art à la 3ème place des établissements français. Outre la qualité des expositions et des manifestations réalisées depuis 2010, la réussite publique de cet équipement est due à sa politique tarifaire (7 euros l'entrée pour un adulte). C'est cette directive municipale qui a été retenue et aujourd'hui répond à notre volonté politique, exprimée lors de notre campagne électorale. Cet établissement profite aujourd'hui au plus grand nombre et surtout à nos concitoyens les plus éloignés de la Culture.
Zinzin Moretto le 01/10/12
La culture dans les quartiers? Pompidou en locomotive... Une proposition : faire travailler en résidence d'artiste dans les quartiers des plasticiens qui créeraient une oeuvre à l'image de chaque quartier, traduisant l'identité de chaque quartier... Cette oeuvre pourrait être exposée dans ou devant chaque mairie de quartier...
Antoine Fonté
Compte tenu de la demande extrêmement forte de besoins en ateliers jeunes au sein du centre Pompidou Metz, les équipes de ce Centre n'ont pu réaliser à ce jour des projets en quartier. Il n'en demeure pas moins que cette hypothèse  est travaillée conjointement entre les services de la Ville et le Centre Pompidou Metz ;  votre proposition sera examinée dans ce cadre.
Sans attendre ce futur partenariat, la Ville a engagé depuis deux ans des résidences d'artistes en quartier notamment dans le domaine des arts plastiques avec le partenariat du Centre d'Art Faux Mouvement. Six résidences ont été déjà réalisées touchant plus de 600 enfants pour 10 quartiers concernés, chaque résidence faisant l'objet d'une restitution publique.
gu?gu le 02/10/12
vous aviez indiqué dans votre programme en 2008 que vous feriez des ateliers d'artistes; il n'en est rien alors que de nombreux artistes n'ont pas de locaux et que de nombreux batiments militaires ou autres sont libres
Antoine Fonté
Cette affirmation n'est pas dans notre programme de campagne. Pour autant, la Ville recherche des locaux disponibles permettant aux associations ou artistes sans locaux de pouvoir développer leur activité (plus d'une cinquantaine d'associations ont été satisfaites depuis 3 ans). Je profite de votre question  pour préciser qu'il n'y a pas de bâtiments militaires vides sur le ban de la Ville de Metz ; tous les bâtiments sont occupés soit par l'armée, soit par une réaffectation privée ou publique (ex : boulevard de Trêves (logements privés et commerces - ou rue Claude Bernard à Borny – installation de l'Université ). De même la Ville en dispose pas de friches industrielles ce qui rend très difficile une réponse aux nombreuses sollicitations de locaux dont elle fait l'objet.
jean pierre le 02/10/12
la nuit blanche c'est beaucoup d'argent et on ne compte pas les salaires des personnels! vous ne croyez pas que c'est trop pour un événement?
Antoine Fonté
Pour réaliser une manifestation qui rassemble un peu plus de 110 000 personnes, il faut un budget conséquent dont la part réelle pour la Ville est de 250 000 euros, la part des mécènes de 274 100 euro, s et 100 000 euros d'aides publiques. Cela peut paraître beaucoup, mais il faut relativiser ces coûts lorsqu'on les compare aux budgets sportifs pour des manifestations d'une même ampleur. C'est un évènement qui est une vitrine, permettant d'exprimer la vitalité d'une collectivité et de ces associations, car ce sont elles qui permettent la réussite de cette opération.
anne le 02/10/12
vous versez à l'arsenal et à l'onl des subventions très importantes . pour combien de personnes?
Antoine Fonté
Pour être précis, il s'agit de 50 personnes pour Metz en Scènes et 81 personnes pour l'ONL. Pour autant la question n'a d'intérêt que si nous regardons ce que ces crédits produisent dans le champ culturel : pour l'ONL cela se traduit par un peu plus de 70 concerts par an et un  public touché de plus de 80 000 spectateurs et pour Metz en Scènes, ce sont 200 représentations sur les deux équipements que sont l'Arsenal et les Trinitaires, soit plus de 200 000 spectateurs par an.
francis le 02/10/12
Votre politique en matière de médiathèques c'est vraiment bien mais à quand des horaires d'ouvertures comme à Nancy, le dimanche matin
Antoine Fonté
C'est une bonne question à laquelle la Ville réfléchit pour l'avenir – une tentative avait été faite dans le passé mais sans grand succès public.
marion le 02/10/12
L'Arsenal est une salle méconnue trop peu fréquentée pourquoi pas des actions avec les étudiants ?
Antoine Fonté
Permettez moi de m'inscrire en faux sur votre appréciation de la fréquentation de l'Arsenal ; une récente étude de public démontre au contraire que cette salle est bien identifiée, sa fréquentation en 2011 dépasse les 200 000 spectateurs. Des actions sont menées avec l'Université de Lorraine dans les champs de la musique, de la danse et sur la politique tarifaire (le pass culture universitaire vous permet de bénéficier de tarifs réduits pour les spectacles).
gu?gu le 02/10/12
Pompidou a provoqué un formidable appel d'air et les artistes sont plus nombreux à metz , mais pourquoi ne favoriser que les artistes jeunes et les plus matures ?
Antoine Fonté
Il n'y a pas de critère d'âge dans l'aide apportée par la Ville aux artistes, seuls l'intérêt et la localisation des projets sont examinés.
lise le 02/10/12
Pourquoi ne faites vous pas plus de choses dans les quartiers
Antoine Fonté
Nous pouvons faire plus dans les quartiers et c'est cette volonté qui anime les élus de la Ville dans tous les champs de l'animation – pour ce qui concerne le domaine culturel, nous avons engagé depuis trois ans des résidences d'artistes (6 artistes par an dans les domaines du théâtre, de la danse, de la musique, et des arts plastiques). A cela il faut ajouter les ateliers de pratique artistique qui sont réalisés dans les établissements scolaires, l'école du spectateur qui permet de présenter une soixantaine de spectacles dans les quartiers ; et plus récemment nous avons démarré avec six compagnies de théâtre des spectacles en appartement en direction des familles les plus éloignées de la Culture (60 représentations sont prévues pour 2012).
antoine le 02/10/12
Bonjour, Quelles sont vos relations avec l'INECC Lorraine ? Je regrette fortement que peu d'évènements chorals soient mis en place sur la ville avec cette association dont l'expérience et les compétences sont avérées. Bien à vous,
Antoine Fonté
Nous avons d'excellentes relations avec l'INECC qui est une association dont les objectifs sont la formation des chefs de chœur – Elle n'organise donc pas de manière régulière des projets sur le chant choral. Chaque fois que nous avons été sollicités, nous avons répondu positivement à l'INECC. Pour votre parfaite information nous subventionnons une quinzaine de chœurs sur Metz.
GERARDSABLON le 02/10/12
Le coût de la culture : les réductions budgétaires nationales  auront-elles un impact sur celui-ci ?qu'est-ce qui distingue la gauche de la droite en matière de politique culturelle locale ? Mettre un S au mot culture, est-ce lui donner un sens différent ? La culture est-elle un spectacle, une vitrine, une expérience ?
Antoine Fonté
Oui les réductions budgétaires nationales ont un impact sur les budgets des collectivités locales, mais sur Metz beaucoup moins dans l'immédiat dans la mesure où la ville percevait peu de moyens de l'Etat. Sans trop alourdir la réponse, la différence de politique culturelle entre l'ancienne municipalité et la notre se révèle déjà dans les moyens mis en place, soit un peu plus de 1,5 M d'euros de différence entre 2007 et aujourd'hui. Enfin vos deux dernières questions mériteraient un colloque pour vous apporter des réponses car il y a beaucoup à dire sur ces deux sujets !
GERARDSABLON le 02/10/12
Pourquoi les artistes résidents de quartier ne s'impliquent-ils pas dans les projets élaborés par les comités de quartier ?
Antoine Fonté
Il conviendrait de le demander aux intéressés ! La question est intéressante et je ne manquerai pas de les interpeller sur ce sujet
Tacheles le 02/10/12
Bonjour, si je fais partie d'un collectif artistique qui veut investir une friche, la ville peut-elle m'aider ? Dispose-t-elle de locaux désaffectés et destinés à un tel usage ? La Municipalité est-elle disposée à faire preuve d'ouverture par rapport à ces modes d'expression ?
Antoine Fonté
Votre question se rapproche de la question déjà posée précédemment et pour laquelle j'apporte la même réponse à savoir que la ville ne dispose pas de friches ni de locaux désaffectés et de ce fait ne peut répondre dans l'immédiat aux demandes faites par les collectifs artistiques pour une mise à disposition. Pour autant, nous soutenons certain d'entre vous par le biais de l'aide aux projets, nous sommes ouverts à tous les modes d'expression de la Culture.
Amadou et Mariam le 02/10/12
Avez-vous déjà des idées pour le prochain festival Hors Format ? Il avait accueilli combien de spectateurs en 2012 ?
Antoine Fonté
La première édition du festival de musiques actuelles d'ici et d'ailleurs, Musiques Hors Format, place de la République a rassemblé plus de 10 000 personnes. La seconde édition est bien prévue fin juin 2013. Les dates et les premiers noms d'artistes seront communiqués dans les prochaines semaines. Si vous souhaitez soumettre une idée, donner un avis particulier sur cette manifestation, le service Action culturelle est à votre disposition (tel : 0 800 891 891 (AlloMairie)).
Oui Oui et Potiron le 02/10/12
Prévoyez-vous de renforcer votre action en matière de spectacles destinés au jeune public ? C'est une attente des familles, je pense.
Antoine Fonté
Tout au long de l'année, le réseau des bibliothèques-médiathèques de la Ville de Metz anime un programme d'actions culturelles autour du livre gratuites, spécifiques aux différentes tranches d'âge dès 18 mois jusqu'aux adolescents sur l'ensemble du territoire. Les institutions culturelles sur le territoire comme l'Arsenal, l'Opéra-Théâtre Metz Métropole, le Centre Pompidou-Metz, l'Orchestre national de Lorraine mais aussi des organismes tels que la Salle Braun ou la Fédération des Œuvres Laïques de la Moselle diffusent régulièrement des manifestations et mettent en œuvre des actions de sensibilisation dans toutes les disciplines artistiques (cinéma, patrimoine, spectacle vivant en général). A noter, le dispositif original de diffusion intitulé l'« Ecolier au spectacle » initié par l'Action éducative qui propose des spectacles de qualité au sein des écoles du premier degré, tout au long de l'année. De plus, dans le cadre de sa politique culturelle à caractère événementiel, la Ville de Metz développe des rendez-vous dédiés aux plus jeunes, en partenariat avec le tissu associatif local. Pour exemple, citons Alonzanfan, la quinzaine du cinéma jeune public au cinéma d'art et d'essai Caméo Ariel en mars, la Journée des enfants autour du spectacle vivant dans le cadre des Fêtes de la Mirabelle (août), ou encore les rendez-vous de septembre avec les jeux de piste proposées aux plus jeunes lors des Journées européennes du Patrimoine, la Nuit Banche des petits (première édition 12>19 septembre) autour de la création contemporaine et les concerts musiques actuelles jeune public du festival Zikametz.
Enfin il est à noter deux projets structurants et pérennes qui viendront compléter en partie l'offre jeune public jeune en matière de spectacle vivant.
En premier lieu, le Centre Communal d'Action Sociale de la Ville de Metz va ouvrir d'ici 2014 la Maison de l'Amphithéâtre à dominante culturelle. Ce projet, né dans le contexte de la politique active du CCAS en faveur du développement des modes d'accueil des enfants de moins de 6 ans, regroupera sur la ZAC de l'Amphithéâtre un Multi-Accueil de 60 places et une Ludothèque dédiée à l'éveil artistique et culturel pour les enfants de 0 à 10 ans. Cette ludothèque se veut porteuse d'un projet culturel inédit puisqu'elle intègrera en son sein un espace de représentation artistique et culturelle et développera une politique d'initiation à l'art et la culture.
Enfin, la Ville a programmé d'ici 2016 la construction d'un nouvel équipement hybride qui sera à la fois médiathèque et centre social dans le cadre de la restructuration du quartier de la Patrotte. En son sein, une salle de spectacle sous la forme d'un auditorium est prévue afin d'accueillir une programmation spectacle vivant et développer ainsi une politique de diffusion en faveur du jeune public et des familles.
Moli ? le 02/10/12
Comptez-vous développer le théâtre à Metz ? Comment ?
Antoine Fonté
La diffusion théâtrale à Metz est répartie essentiellement entre l'Opéra-Théâtre de Metz Métropole (6 pièces programmées pour la saison 2012/2013) et l'espace Bernard-Marie Koltès-Théâtre du Saulcy, ancré au sein de l'Université de Lorraine. Ouvert sur la cité, il est devenu en 2010 scène conventionnée pour le théâtre et les écritures contemporaines. Depuis quatre ans, la Ville de Metz a fait le choix de développer de manière significative l'offre théâtrale événementielle afin d'élargir les publics. En 2009, elle a soutenu l'association Quai Est dans l'organisation de la biennale Koltès à l'espace BMK et sur d'autres lieux culturels de la cité, à l'occasion des 20 ans de la disparition du célèbre dramaturge né à Metz. Elle a proposé au grand public une intégrale de ses œuvres, des expositions, concerts, conférences, séances de cinéma, actions en milieu scolaire. En 2011, la compagnie Jacques Kraemer a été accueillie en résidence à Metz pour créer la pièce 1669, Tartuffe, Louis XIV et Raphaël Lévy. Depuis 2011, Metz accueille pendant quinze jours au mois de mai, en plein cœur de ville, un festival biennal de théâtre d'envergure internationale, Passages, à l'Est de l'Europe et ailleurs. Il redonne ainsi une place centrale au théâtre à Metz. Rendez-vous culturel et artistique majeur, il a permis de faire rayonner la Ville tant sur la scène internationale et nationale que régionale. 27000 personnes ont pu y participer. Les secondes éditions de ces événements culturels sont prévues respectivement pour octobre 2012 et mai 2013. La Ville a par ailleurs développé cette année un dispositif original intitulé « Je veux un artiste chez moi » dans le but de faire découvrir le théâtre à des publics éloignés de l'offre culturelle. 6 compagnies locales ont répondu à l'impulsion lancée par la Ville et ont créé des formes brèves pouvant être accueillies dans des appartements de petite taille. La Ville soutient par ailleurs la création en accompagnant par voie de subventions une dizaine de compagnies de théâtre messines. Elle s'engage également aux côtés de l'espace BMK depuis 2012 selon une convention triennale afin de contribuer à la coproduction d'une compagnie messine associée au Théâtre sur cette durée. Enfin, elle a mis en place depuis 3 ans des résidences d'artistes avec notamment deux compagnies de théâtre (Astrov, Pardès Rimonim). Celles-ci interviennent dans des écoles sur les quartiers Nouvelle Ville et Bellecroix et associent des enfants au processus de création artistique.
Ah que Johnny le 02/10/12
Il y a déjà les trinitaires, que va apporter la BAM alors qu'en plus il y a la Rockhal, la KulturFabrik et l'Atelier au nord, l'Autre Canal au sud ?
Antoine Fonté
La BAM (Boîte à Musiques) dont l'ouverture est prévue pour la fin 2013, permettra d'augmenter la capacité d'accueil des Trinitaires aujourd'hui limitée à 350 personnes dans la Chapelle. Ainsi, Metz pourra accueillir des artistes de musiques actuelles dont la jauge se situe entre 400 et 1 200 personnes.
Les Messins n'auront plus besoin de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour aller écouter les artistes qui seront en tournée dans la Grande Région et pourront s'y rendre en Mettis depuis le centre-ville, en un quart d'heure, ou avec un véhicule sans avoir de difficulté pour se garer.
A savoir que la BAM aura également sa programmation originale co-construite avec les acteurs messins.
De plus, en matière de politique de soutien aux musiques actuelles, la diffusion n'est pas le seul volet. La pratique artistique, l'éducation et la création sont également d'autres volets essentiels dans ce domaine. La BAM va justement pouvoir répondre aux besoins identifiés de nombreux groupes de l'agglomération messine puisqu'elle disposera d'espaces comprenant trois studios de répétition et un studio scène, un centre de ressources multimédia sons et images, un bar, un box DJ ainsi que des espaces dédiés aux artistes et à la gestion. Le tout sur une surface totale d'environ 2 200 m2.
3e salle gérée par l'établissement public Metz en Scènes en plus de l'Arsenal et des Trinitaires, la BAM aura enfin pour mission de développer une politique d'action culturelle tournée vers le milieu scolaire afin de sensibiliser les plus jeunes aux risques auditifs d'une part et de les initier au travers des conférences, des rencontres avec des musiciens d'autre part.
Enfin, le choix de faire de la BAM un équipement majeur de la restructuration du quartier de Metz-Borny traduit une volonté politique forte. Elle est conçue par l'architecte Rudy Ricciotti pour être en parfaite harmonie avec son environnement au cœur des habitations. Ce projet culturel apporte en effet une vision positive et rayonnante du quartier et proposera un lieu festif, généreux et partagé.
question par mail1 le 02/10/12
pourquoi aussi ne pas organiser un festival " des danses d'aujourd'hui" où la ville pourrait regrouper un peu tout ce qui se fait déjà à Metz en matière de danse  mais sans bcp visibilité, en mettant à dispo sur une journée ou plus, podium, sono et  plancher de danses pour en particulier les petites assoc ...un peu comme ce qu'a présenté nan bara ce samedi 21 septembre après midi,place de la République. Mais j'ai trouvé qu'il n'y avait pas beaucoup de monde , d'où le souci d'une meilleure communication...et dans l'esprit du Metz tival organisé place St Louis en juin 2011
Antoine Fonté
En matière de danse, la Ville soutient la création de compagnies de danse contemporaine. Elle aide également la diffusion de la danse contemporaine et classique au travers des programmations des équipements culturels comme l'Arsenal, le Centre Pompidou-Metz  ou encore l'Opéra Théâtre de Metz Métropole qui dispose de son propre corps de ballet. En matière de danses traditionnelles, les Fêtes de la Mirabelle consacrent chaque fin d'été une place de choix aux groupes folkloriques issus de pays différents selon les années. En 2012, les Balkans étaient invités, des groupes de Roumanie, Croatie et de Bulgarie ont ainsi animé le centre-ville. Des planchers ont été montés place de Chambre et place d'Armes pour l'occasion. Ils ont aussi animé la parade du corso fleuri. En 2010, l'invitation de groupes celtes avait fait jouer les Bagad de Lann Bihoué et de Nantes, et un grand bal folk animé par le groupe Sans Gain avait été organisé au parc de la Seille. De manière générale, quand l'initiative du secteur associatif se manifeste sur des projets d'intérêt général impactant le territoire, la Ville peut être amenée à soutenir financièrement ces manifestations. Elle a aidé par exemple l'association Metz Ville Tango à créer une grande soirée du Tango qui s'est tenue le 23 juin dernier place Saint-Louis. Nan Bara que vous citez fait également partie des associations soutenues significativement par la Ville dans ses actions visant à développer l'initiation et les pratiques des danses du monde, danses urbaines à un public large. La Ville reste bien sûr ouverte pour étudier toute nouvelle initiative associative culturelle de qualité, qui aurait pour objectif de donner de la visibilité à des danses d'aujourd'hui.
question par mail2 le 02/10/12
Pourquoi la Cathédrale est toujours en perpétuelle rénovation ? Je crois ne l'avoir jamais vue sans échaffaudage
Antoine Fonté
Comme la plupart des cathédrales catholiques romaines, la cathédrale Sainte-Etienne de Metz, classée Monument Historique depuis 1930, est propriété de l'Etat. Ce dernier, soucieux de la protection et de la conservation de ce patrimoine prestigieux et remarquable y consacre environ 1 million € par an. Par conséquent, des travaux de restauration sont entrepris chaque année et porte sur une partie différente de l'édifice. On estime à approximativement une trentaine d'années la durée nécessaire  pour achever les travaux de l'ensemble des extérieurs de la cathédrale. De ce fait et à l'issue de ce délai, la première zone restaurée, dégradée par le temps, est à rénover à nouveau.
gu?gu le 02/10/12
Est-ce que la proximité de la Ministre de la Culture avec plusieurs élus de la Ville va être un atout et si oui comment ?
Antoine Fonté
Oui cela peut être un atout, mais un Ministre est représentant du gouvernement pour tout le territoire français et pas seulement de la Ville de Metz. Pour le comment, nous verrons avec les opportunités et les projets.
lise le 02/10/12
Pourquoi est-ce que l'Arsenal ne dépend pas de Metz Métropole, cà coûte cher à la ville
Antoine Fonté
C'est une bonne question, pour laquelle le statut d'établissement public de coopération culturelle de Metz en Scènes ne peut répondre. Pour autant la Ville examine, avec l'EPCC Metz en Scènes et la Région (autre membre fondateur de cet EPCC) comment associer Metz Métropole comme membre à part entière.
jean le 02/10/12
Pourquoi ne pas faire une manifestation qui valorise les artistes messins vivants
Antoine Fonté
Ces manifestations existent déjà, on peut citer la Nuit Blanche ou plus de la moitié de la programmation est réservée aux artistes messins et depuis mai dernier, on peut ajouter la manifestation intitulée Art en Stock qui a permis de présenter au public messin la création non professionnelle messine. Si cela ne suffisait pas, je suis toujours ouvert aux propositions.
Max le 02/10/12
Le Centre Pompidou accueillera une exposition sur Picasso et la guerre 14-18
Antoine Fonté
Oui, mais c'est déjà fait, l'exposition a été inaugurée en mai 2012 et s'est achevée le 25 septembre dernier – Elle est une réussite par la participation du public (plus de 300 000 entrées).
Noël le 02/10/12
Quel appui peut apporter notre ministre à sa ville ? Avez vous un scoop pour nous ?
Antoine Fonté
C'est une question à laquelle j'ai déjà répondu. Nous travaillons en bonne intelligence avec la Ministre qui suit nos dossiers, eu égard à ses attaches lorraines. Pour autant un Ministre est représentant du gouvernement français et doit traiter en équité l'ensemble des demandes du territoire.
dd le 02/10/12
Quel rôle pour les centres socioculturels, pouvez vous impulser pour développer la culture dans les quartiers
Antoine Fonté
C'est une excellente question à laquelle la Municipalité s'est attachée dès sa prise de fonction – tout d'abord en réévaluant les moyens donnés aux centres socioculturels pour développer des actions culturelles qui semblaient invisibles à notre arrivée. Enfin en travaillant avec les fédérations d'Education Populaire qui gèrent ces équipements pour développer un partenariat efficace dans le domaine de la culture. Nous poursuivons ce travail aujourd'hui.
zoubizou le 02/10/12
Bonjour Mr. Fonte. La Ville de Metz manque cruellement de diversités culturelles. La Culture « légitime » y est excessivement représentée. Etes vous conscient de cela et si oui à quand une représentation des cultures undergrounds ? Pourquoi ne pas ouvrir par exemple une structure basée sur les sous-structures musicales, artistiques ... ?
Antoine Fonté
Oui je suis parfaitement conscient que la culture doit être présente et de manière forte pour contribuer au développement de l'homme et de son environnement. Pour autant je n'oppose pas culture publique et « underground ». Par contre, il me semblait que la culture underground visait à ne pas être récupérée par les institutions publiques et se félicitait de son autonomie de création et de financement – Cela aurait-il changé ?
antoe le 02/10/12
Et de février à l'été, des choses prévues ?
Antoine Fonté
Bien évidemment, car nous sommes dans le plus fort de la saison (en avril L'Eté du Livre, en mai le festival de théâtre Passages….je vous invite au fil de l'eau à consulter le site de la Ville qui détaille toutes les programmations et évènements culturels sur Metz, idem pour Metz Magazine ou la presse locale…)