Cérémonie des voeux 2013

Discours des voeux de Dominique Gros, Maire de Metz

Je voudrais saluer :

Madame la Ministre de la Culture et de la Communication,
Monsieur le Premier Questeur du Sénat,
Monsieur le Préfet de Lorraine, Préfet de Moselle,
Madame la Députée Européenne,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Messieurs les Sénateurs,
Monsieur le Président de la Région Lorraine,
Monsieur le Président du Conseil Général,
Monsieur le Président de Metz Métropole,
Mesdames et Messieurs les Maires et membres de Metz Métropole,
Messieurs les Maires de Nancy, Florange,
Monsieur le Président du Conseil Economique, Social et Environnemental de Lorraine,
Monsieur le Consul Général des Etats-Unis à Strasbourg,
Mesdames et Messieurs les Consuls d'Algérie, d'Autriche, de Russie, de Serbie, de Suisse, de Tunisie,
Mesdames et Messieurs les représentants de la Justice,
Mesdames et Messieurs les représentants de l'Armée,
Messieurs les Présidents des Chambres Consulaires,
Mesdames et Messieurs les membres des instances participatives de la Ville,
Mesdames et Messieurs les présidentes et présidents d'associations,
Mesdames et Messieurs les représentants de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur,
Mesdames et Messieurs les représentants des cultes,
Mesdames et Messieurs les commerçants et acteurs économiques,
Mesdames et Messieurs les acteurs du secteur social, de la culture, du sport,
Mesdames et Messieurs les élus du Conseil Municipal,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs en vos fonctions, grades et qualités,
Mesdames et Messieurs,

Dans un an, nous serons en pleine campagne municipale, à deux mois du scrutin. A ce moment chaque mot, chaque parole sera alors décortiquée, analysée, décryptée. Je ne vais pas vous dire si je serai candidat, car ce n'est pas la question aujourd'hui... nous aurons l'occasion d'en reparler, le moment venu.

Nous sommes encore dans le temps de l'action municipale durable, ce qui permet de m'exprimer en toute liberté, en toute confidence. L'année prochaine, nous aurons en quelque sorte des voeux sous surveillance. Alors profitons de cette indépendance, pour nous parler librement et discuter de ce qui nous touche.

Nous sommes très nombreux dans cette salle et cela pourrait sembler peu propice aux confidences justement, mais c'est bien à chacun d'entre vous que je veux parler. Parce que chacun, dans sa diversité, est représentatif de la richesse de notre Ville.

Laissez-moi donc vous faire une confidence. Etre Maire, depuis maintenant cinq années, est un vrai bonheur. Il n'y pas un seul matin, où je ne monte la rue d'Estrées ou la rue Ste Marie, c'est selon, sans savourer la joie que j'ai de travailler au service de notre Ville. Les enjeux sont complexes et parfois difficiles, mais l'enthousiasme est toujours là. L'envie omniprésente et l'intérêt intact.

Je vais vous parler de mes petits bonheurs de Maire.

Comment ne pas être ému par des initiatives comme celle de l'association les Amis de la Patrotte et plus particulièrement celle de Madame Catherine VISTORKY, à l'occasion de l'exposition 1917 au centre Pompidou Metz.

Une superbe journée a été proposée aux habitants du quartier, une visite de l'exposition suivie d'un pique-nique. Un temps pluvieux, a obligé les visiteurs à se replier dans les locaux de l'Ami à la Patrotte. Lors de ce pique-nique des plus improvisés, un des habitants du quartier a souhaité prolonger le thème de 1917 en proposant la lecture de vers d'Apollinaire. Un moment d'une grande poésie où une dizaine de Messins, souvent deux par deux se sont appropriés ces vers. Je vous félicite pour votre investissement. Je sais que vous êtes aussi, très active aux côtés des autres membres du Comité de ce quartier qui, à l'image des 10 autres, participe au développement de la Ville.

Aujourd'hui, il trouve naturellement sa place dans le processus de concertation autour de la création de la Médiathèque-Centre Social.

« Une ville riche de ses quartiers, des quartiers riches de leurs habitants » : c'est ce que j'ai voulu pour notre Ville et c'est une réalité que j'ai pu constater cette année encore lors des réunions plénières des comités de quartier.

Un autre événement m'a également profondément ému. Metz a été le centre de l'attention médiatique le 14 septembre dernier, puisque que notre Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, chère Aurélie, nous a fait l'honneur de lancer officiellement les Journées Européennes du Patrimoine à Metz. L'occasion pour elle de visiter la tour de la Mutte. Une très grande journée pour nous, forte de symbole, car nous avons signé, à cette occasion, la convention du label national Ville d'Art et d'Histoire qui inscrit définitivement notre Ville dans une démarche globale de sauvegarde et de restauration de notre patrimoine.

Chère Aurélie, merci encore d'être à nos côtés ce soir. Alors comment ne pas évoquer, ici même, la venue de François Hollande. Candidat à l'élection présidentielle, il nous a donné ce qui est certainement le plus précieux dans une période électorale : il nous a offert du temps.

J'ai été touché par son attention, sa disponibilité... alors qu'on lui demandait de quitter en urgence ces salons pour ne pas rater le dernier TGV, il a finalement préféré prendre du temps avec nous pour ne repartir que dans la nuit, en voiture vers Paris.

Mon bonheur, c'est aussi la joie de rencontrer des Messins, fiers de leur Ville, c'est le bonheur qui est vécu par les autres.

Souvenez-vous des « maudits sonnants » le 6 juillet dernier place de la République.

Quand vous voyez 20 000 personnes assises, dans le silence et dans le noir, les visages tournés vers le ciel, contemplant un spectacle féérique empreint de poésie, quand vous sentez chacun autour de vous retenant son souffle devant ces acrobates incroyables se balançant au son d'un carillon géant... C'est un réel moment de magie. Et je sais que tous ceux ici qui y ont assisté sont encore émus de cette nuit étoilée achevant une journée exceptionnelle, où Metz se trouvait sous les projecteurs avec l'arrivée de la 6ème étape du Tour de France.

Ces événements et leur succès populaire font aussi la joie de mon équipe municipale. Depuis 2008, les élus travaillent aux côtés des forces vives de la Ville pour offrir aux Messins des animations de qualités et pour ouvrir la culture à tous. Leur motivation, leur enthousiasme et leur ténacité sont récompensés quand le public est au rendez-vous : que ce soit pour l'animation estivale, pour Metz Plage, pour la Nuit Blanche ou encore le Marathon Metz Mirabelle.

Ces initiatives, en effet, rencontrent un écho favorable et une forte adhésion bien au-delà du monde associatif car c'est le secteur économique qui s'investit avec nous. En témoigne la quarantaine de partenaires associés au projet Nuit Blanche 5. A eux seuls, ils ont apporté plus de la moitié du budget de l'opération car ils ont compris que cet événement est un facteur d'attractivité et de rayonnement pour eux aussi. C'est un bel encouragement de voir ainsi le secteur privé « valider » et accompagner nos choix d'animation et les initiatives que nous portons.

Bonheur aussi de voir notre Ville soutenue mais également distinguée pour la qualité de son travail, pour le service qu'elle rend à ses citoyens. Notre Ville a obtenu 5@, et 4 fleurs. Lors des Assises Sénior en novembre dernier, nous avons eu l'honneur de recevoir le label « Ville amie des aînés », une reconnaissance de l'Organisation Mondiale de la Santé. Les Seniors sont pour la Ville une chance et un capital. C'est une nouvelle vie qui commence quand on est Senior, et c'est un atout pour nos sociétés.

Ils ont l'expérience dans tous les domaines et souvent s'investissent avec bonheur dans les structures associatives, caritatives, sportives, culturelles et politiques... Alors que faisons-nous, avec mon équipe, pour que les seniors aient envie de rester à Metz et de ne pas partir « vers les cieux toujours bleu des pays imbéciles où jamais il ne pleut » comme le chantait Brassens. La réponse, c'est l'attractivité de Metz que ce soit en direction des Séniors ou des autres :

Le bonheur enfin de voir les projets se concrétiser. Je ne vais pas vous en faire un catalogue, mais voici quelques exemples significatifs.

C'est la naissance d'Efluid à l'UEM, en partenariat avec ERDF et la Caisse des Dépôts et Consignations. Voilà une illustration éclatante de l'excellence de l'UEM, de son formidable capital humain, de son sens de la stratégie, de son sens de l'anticipation, de sa vision à long terme des enjeux de demain dans le domaine essentiel de l'énergie.

Je tiens à nouveau à rendre un hommage ému et fier à tous les artisans de ce succès et en particulier à F. Grosmangin et aux équipes, hommes et femmes de l'UEM, notre SEM, de cette réussite hors norme et créative d'emplois de haute technologie et d'activité du futur. La Start Up informatique de la Lorraine est à Metz, c'est efluid avec ses 130 emplois programmés et ses belles promesses de développement.

La Centrale Biomasse : c'est encore UEM. Depuis quelques jours, le chauffage urbain est passé à l'énergie renouvelable. 30 % des besoins en combustibles sont issus de la valorisation des ordures ménagères par HAGANIS et 30% de résidus de bois. Cette centrale à biomasse permet d'économiser l'équivalent en CO² des rejets de 20 000 voitures roulant 15 000 km par an.

Aujourd'hui, les Messins pour leur logement, la Ville et l'agglomération pour leurs équipements et bâtiments, disposent d'un réseau de chauffage urbain connecté à un système de cogénération d'une performance exceptionnelle. En trois ans, le réseau de l'UEM sera passé de 33 000 équivalents logements à 45 000. L'écologie urbaine et la transition énergétique, c'est à Metz et c'est maintenant. Nous servons de modèle dans toute la France.

L'art d'innover encore, avec l'institut Lafayette. Le 10 octobre dernier, six mois après la signature de ses statuts constitutifs, nous avons, tous ensemble (GTL, Etat, Région, Département, Agglomération, Ville de Metz), posé la 1ère pierre de l'Institut Lafayette.

Cette plateforme d'innovation, dans le domaine de l'optoélectronique au service des entreprises, véritable catalyseur de développement économique, unique en Europe. Elle sera une réussite collective magnifique et un nouveau phare sur le territoire de l'agglomération.

Quelle fierté de contribuer à cette synergie entre formation, recherche scientifique de haut vol, et développement industriel !

Quelle fierté aussi d'approfondir cette relation, si particulière et si profonde que la Ville entretient avec les Etats-Unis :

Mais ce n'est pas tout. Ce soir, j'ai l'immense plaisir et le très grand honneur, en présence de :

Venus tout spécialement à Metz ce soir, d'ouvrir une nouvelle page de notre histoire commune et de notre amitié :

Dans quelques mois, se crééra à Metz, un relais messin de l'antenne Alsace-Lorraine de l'American Chamber of Commerce, l'AmCham qui constitue aujourd'hui le principal moteur des relations économiques et commerciales transatlantiques.

La Ville de Metz, à travers Metz Métropole Développement avec le soutien de Lorraine Etats-Unis et de sa Présidente Jacqueline Nieser, a joué ici pleinement son rôle : créer le terreau indispensable à l'émergence des projets de développement, des réseaux de coopération, des échanges entre des hommes, des entreprises de cultures différentes.

Cette création à Metz, est un signe de plus de la reconnaissance de l'importance stratégique de notre région, en termes de positionnement géographique et d'opportunités de marchés, notamment dans les secteurs innovants.

Cette création vient compléter le triangle magique des relations internationales de la Ville de Metz, aux côté des relations franco-allemandes avec son institut Ifalor inauguré en décembre dernier et des relations franco-chinoises avec l'institut Confucius inauguré à Metz en novembre 2011.

L'art de se transformer, c'est aussi, récemment encore, l'inauguration de la Place Mazelle. Après de longues années de travaux, elle fait déjà le bonheur des habitants du quartier serrés dans un urbanisme ancien et les difficultés de circulations dans ce secteur sont oubliées d'autant plus que la très pratique avenue de la Seille est ouverte.

Une circulation apaisée dans la Ville avec la mise en place des zones 30 qui a permis de réduire de 10 km/h la vitesse. En quatre ans, nous avons divisé par deux le nombre de blessés (200 en 2007 et 91 en 2011). Il y certainement quelque esprits malicieux, voire sarcastiques, peut-être y en a-t-il un dans la salle, qui diront, « c'est à cause des travaux que les gens ne circulent plus ». Si les travaux, en plus de mettre la Ville à niveau permettent d'éviter d'envoyer des gens à l'hôpital, je dis Banco, je suis preneur.

La Ville se reconstruit sur elle-même, et de ce fait en demande toujours plus à ses agents. Même les syndicats des personnels, me le disent... certains tirent la sonnette d'alarme... on travaille trop. C'est vrai, la locomotive est partie, nous sommes en tension permanente. Mais je veux que Metz joue en première division, parmi les autres grandes villes de France. Voilà l'enjeu, la raison de mon exigence. Comment alors ne pas rendre hommage aux services de la Ville, car toutes ces concrétisations se font dans un budget contraint. La confiance et les compétences sont là, et je salue avec gratitude le professionnalisme du personnel qui accompagne ces mutations.

Et parce qu'il faut être juste, et puisque j'ai entendu les revendications, nous avons mis en place sur deux années une prime de 50 € pour les personnels de catégorie C. Est-ce un cadeau déraisonnable ? Non, à double titre, parce que c'est une mesure d'équité, parce que la Ville fait preuve d'excellence financière.

La gestion par notre municipalité, j'adore en parler, j'accepte qu'elle soit comparée à celle des autres grandes villes française de + de 100 000 habitants :

Tous ces chiffres ne proviennent pas des services mais de la presse spécialisée. C'est grâce à cette gestion saine et équilibrée que nous pouvons continuer à renouveler la Ville et nous projeter dans l'avenir. Cette année, nous augmenterons encore le « Niveau de Ville » en maîtrisant les coûts et sans augmenter les taux d'impositions.

2012 aura été l'année de l'art de se transformer, je souhaite pour 2013 inscrire la manière de partager dans le ciel Messin.

Je vous invite à quelques rendez-vous à partager.

Les assises du monde associatif :

C'est le rendez-vous de tous les acteurs qui donnent bénévolement de leur temps au service de la ville et des messins.

Nous sommes heureux de les rassembler à l'occasion de cette manifestation qui aura lieu au printemps.

Rappelons à cet égard que la Ville accompagne les associations à hauteur de 13,3 millions d'euros par an.

Ces assises nous permettront aussi de leur fixer des objectifs pour les années à venir.

Elles nous donneront également l'occasion de modéliser le bénéfice réel tiré par les habitants de l'investissement de la Ville dans le monde associatif :

Quand la Ville donne un euro au monde associatif, quelles sont les retombées pour les habitants en termes d'actions, de services, de loisirs ?

Quand la collectivité met un euro sur la table, combien en retirent respectivement les associations et les habitants en termes de cofinancements et de service rendu au quotidien ?

2013 sera une année essentielle pour la réalisation du centre des congrès.

La Ville de Metz, Metz Métropole, le Conseil Général de Moselle, le Conseil Régional (je l'espère), la Chambre de Commerce et d'Industrie, en additionnant leurs forces, en mobilisant leurs moyens humains et financiers, construisent ensemble les premières étapes du nouveau Centre des Congrès.

Après les premières consultations, nous nous engageons, solidaires, à faire de Metz une destination incontournable non plus seulement du tourisme culturel et patrimonial, mais aussi du tourisme d'affaires dont le marché européen est considérable.

Le futur de notre Ville, c'est aussi le transport et la mobilité. Le METTIS Grâce à ses deux lignes, desservira un grand nombre de Messins et de Métropolitains, habitants et usagers. Le centre redoublera de dynamisme et les quartiers seront mieux irrigués dans une ville de plus en plus multipolaire.

Ce projet de transports en commun ambitieux aura été réalisé en 4 années, de travaux. Certes on en a souffert et on en souffre encore mais on aura souffert moins longtemps qu'ailleurs. Il nous faut encore un peu de patience, et dans quelques mois, le 4 octobre, nous nous retrouverons dans une Ville en fête pour inaugurer Mettis. Que de travail accompli, mon cher Jean-Luc, mon cher François, mes chers collègues maires, nous avons et nous continuerons à construire la Métropole, avec l'ensemble des élus de l'agglomération que je salue ici.

A cet égard, je tiens à vous dire quelques mots sur notre démarche prospective Metz 2030. C'est une réflexion sur le projet de ville à 20 ans mené avec les Messins et les autres villes qui sont venues donner de leur temps et de leur expérience. Merci à :

Depuis février 2012, le Conseil Economique et Social Local (CESL) planche également sur cette question.
La population sera invitée à participer à des forums sur le sujet en février.

Cependant, pour se projeter dans le futur, il faut être au clair avec son passé. Alors que 3 000 ans d'histoire nous regardent, comme les pyramides de Bonaparte, nous avons parfois du mal à assumer notre fierté d'être Messin.

C'est une réticence inscrite dans l'histoire récente. Le passé allemand de la ville est souvent dans l'inconscient collectif, caché voire effacé, alors qu'il faut plutôt s'en emparer et s'en enorgueillir. Sous la première annexion, la ville s'est transformée, le patrimoine architectural ancien a été remodelé, de nouveaux bâtiments sont sortis de terre comme le quartier impérial. Le palais du gouverneur, le Temple Neuf sont nôtres désormais.

Demain, ici même, l'académie nationale de Metz viendra présenter son ouvrage « Metz l'annexion en héritage ».

78 ans après, la fin de la seconde guerre mondiale, les relations entre la France et l'Allemagne sont apaisées. A Metz, notre position géographique comme notre histoire nous poussent à favoriser le franco-allemand sous toutes ses formes.

Nous célébrerons en 2013 le cinquantenaire du traité de l'Elysée. Ce traité fixe les objectifs d'une coopération accrue entre la France et l'Allemagne dans les domaines des relations internationales, de la défense et de la culture. Dans la perspective de cet anniversaire, la Ville en jumelage avec Trêves apporte sa contribution à travers un ensemble de manifestations culturelles, touristiques, sportives et environnementales.

L'art de se transformer et la manière de partager. Je reviens à ce double impératif. Ce sont les deux faces d'une même médaille. Pour attirer, il faut se transformer. C'est la réponse qu'apporte la Ville, une réponse collective face à la crise qui nous touche. Mais il faut aussi partager.

Malgré l'envie, l'enthousiasme, l'excellence, je vois la souffrance et la dureté de la crise, son impact sur le logement, le pouvoir d'achat et notre territoire n'est pas épargné.

C'est une Lorraine qui souffre, aujourd'hui la cruelle réalité économique nous laisse face aux espoirs déçus de la sidérurgie, j'ai une pensée particulière pour les salariés de Florange.

La pauvreté touche de plus en plus de nos concitoyens, mais aussi la pauvreté de l'Europe que nous voyons à travers l'arrivée des demandeurs d'asile. C'est à tous ces gens que je pense en m'adressant à vous.

La ville sera à sa place, aux côtés de chacun, même si ce n'est pas à elle de répondre à tout.

Cette crise se manifeste notamment par des actes d'incivilité, parfois fruit de l'oisiveté ou de l'errance en ville. Les chiffres de la police nationale ont beau nous dire que la délinquance est modérée à Metz, les Messins me font valoir un sentiment d'insécurité, face à cette errance et cette mendicité multiforme qui augmentent.

De plus, la tranquillité publique est régulièrement perturbée devant cafés et boites de nuit à des horaires tardifs bien qu'autorisés. Les cris, les claquements de portes, d'autres formes de nuisances encore perturbent la vie des gens. Sortir le soir ne doit pas empêcher le respect de chacun.

C'est la raison pour laquelle face à ce sentiment d'insécurité, il nous faut tendre vers une meilleure garantie de tranquillité publique. Pour y répondre, nous allons mettre en place dans les prochaines semaines des médiateurs de nuit à l'instar de ce qui se fait dans d'autres villes, avec certain résultats.

Certes, ce sentiment d'insécurité existe, mais je ne laisserai pas les oiseaux de mauvais augure jeter sur Metz le voile gris de la peur et du repli sur soi.

Ce sont ces mêmes esprits chagrins, qui se plaignent du matin au soir des travaux : des travaux sans cesse... des travaux partout... des travaux toujours.

Je le dis TRAVAUX, ca veut dire TRAVAIL au pluriel. Et si besoin, je le répèterai TRAVAUX, ça veut dire TRAVAIL pour beaucoup de travailleurs

Quand je vois les grues dans le ciel de Metz, quand je pense aux bureaux d'études dans lesquels travaillent des ingénieurs sur les plans du futur, quand je vois dans la rue des ouvriers façonner la ville de demain, alors je me dis que nous aussi, nous faisons notre travail. Et nous n'avons pas l'intention de nous reposer, nous ne sommes pas fatigués.

En 2013, des travaux s'achèveront et d'autres débuteront. C'est cela, une ville qui se reconstruit sur elle-même et qui avance

Nous gardons le cap, nous traçons notre route, nous avançons... mais nous n'avançons pas seuls !

Je vous souhaite sincèrement à tous une très belle année 2013, une année qui sera marquée par le partage.

Thèmes