Attention à l’intoxication au monoxyde de carbone

4 novembre 2013

Thème : Santé


Chaque année en France, 5 000 personnes sont victimes d'une intoxication due au monoxyde de carbone (CO), et 100 en décèdent. Le monoxyde de carbone reste la première cause de mortalité par gaz toxique.

Ainsi en 2012, en Lorraine, 210 personnes ont été intoxiquées par le monoxyde de carbone et une personne est décédée.

Ces intoxications surviennent en nombre chaque hiver, dès la mise en marche des appareils de chauffage car elles sont liées à une des causes suivantes :

Pour éviter ces risques, un certain nombre de gestes de prévention doivent être adoptés et mis en pratique tout au long de l'hiver, que ce soit dans les habitations individuelles, les espaces accueillant du publics, les immeubles collectifs ou encore les lieux de cultes. L'information sur ces gestes simples, mais essentiels, doit encore être renforcée auprès du public.

Les premiers gestes à faire en cas d’accident

1/ AÉRER IMMÉDIATEMENT les locaux en ouvrant portes et fenêtres.

2/ FAIRE ÉVACUER les locaux et vider les lieux de leurs occupants.

3/ APPELER LES SECOURS (18 pour les pompiers ou 15 pour le SAMU).

4/ NE RÉINTÉGRER LES LOCAUX qu'après le passage d'un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l'intoxication et proposera les travaux à effectuer.

Les règles pour éviter les intoxications

1. FAITES ENTRETENIR VOTRE CHAUDIÈRE PAR UN PROFESSIONNEL QUALIFIÉ avant la période de froid. Demandez une fois par an à un professionnel qualifié de venir faire une vérification complète. Si vous devez vous absenter, vous pouvez la laisser fonctionner au ralenti pour protéger votre installation de chauffage individuel contre le gel.

2. VEILLEZ À CE QUE LE CONDUIT DE CHEMINÉE AUQUEL LA CHAUDIÈRE EST RACCORDÉE SOIT EN BON ÉTAT, quel que soit le matériau qui le compose (conduit maçonné, éléments emboîtés ou tubage, réalisés en aluminium ou en acier inoxydable), et que sa vacuité et son étanchéité soient totales. Un ramonage est obligatoire deux fois par an.

3. N’UTILISEZ QUE PAR INTERMITTENCE les appareils mobiles de chauffage d’appoint fonctionnant au butane, au propane ou au pétrole qui rejettent des gaz de combustion chargés de monoxyde de carbone et d’oxyde d’azote.

4. ASSUREZ-VOUS que votre logement est suffisamment aéré et ventilé ; veillez à entretenir les ventilations et à les laisser libres et dégagées.

5. NE VOUS CHAUFFEZ JAMAIS avec des panneaux radiants prévus pour des locaux de grand volume très ventilés, même s’ils sont munis de sécurité, ni avec des radiateurs de camping destinés à l’extérieur, ni en allumant le four de la cuisinière, porte ouverte.

6. N’UTILISEZ LES PETITS CHAUFFE-EAU SANS ÉVACUATION DE FUMÉES que de façon intermittente et pour une courte durée (8 minutes maximum). Ils doivent être installés dans une pièce suffisamment grande et aérée.

7. NETTOYEZ RÉGULIÈREMENT LES BRÛLEURS DE VOTRE CUISINIÈRE À GAZ (on doit voir une flamme bleue et courte dans chaque orifice) ; s’ils sont encrassés le mélange air gaz ne s’effectue pas dans de bonnes conditions et le brûleur peut s’éteindre, notamment quand il est au ralenti. Une flamme bien réglée ne doit pas noircir le fond des casseroles.

8. IL EST INTERDIT D’INSTALLER UNE HOTTE À EXTRACTION MÉCANIQUE raccordée à l’extérieur dans une pièce où se trouve également un appareil raccordé à un conduit de fumée. Cela peut perturber gravement le fonctionnement de celui-ci. Préférez une hotte à recyclage d’air et consultez un installateur.

9. EN CAS D’INSTALLATION COLLECTIVE DE VENTILATION MÉCANIQUE CONTRÔLÉE, veillez à ce que votre gestionnaire d’immeuble fasse effectuer l’entretien et les vérifications des dispositifs de sécurité individuels et collectifs.

10. NE REMETTEZ JAMAIS EN SERVICE un appareil de chauffage ou une cheminée, délaissé depuis des années ou utilisé épisodiquement, sans le faire vérifier par un professionnel agréé.

___

Plus d’informations : ars.lorraine.sante.fr

Publié par : Ville de Metz

Thèmes