Metz en classe tourisme

8 avril 2015

Thèmes : Culture, Loisirs, Tourisme, Patrimoine, Economie, Emploi


Cinq ans après l’ouverture du Centre Pompidou-Metz, le classement en station de tourisme confirme un attrait nouveau pour Metz, destination de plus en plus prisée des amoureux d’art et de patrimoine. 

Impossible d’entrer dans un dossier consacré au tourisme à Metz autrement qu’en enfonçant puissamment une porte ouverte. Tous les hôteliers vous le diront, le personnel de l’office de tourisme et celui des musées également. Ou encore, toutes les Messines et tous les Messins qui, de plus en plus souvent, échangent quelques mots avec des visiteurs munis d’un plan de la ville, d’un appareil photo et d’un bel appétit de découverte : la réaction de celles et ceux qui viennent à Metz pour la première fois est presque toujours la même. « Votre ville est magnifique, mais on ne le savait pas ! » Ils sont de plus en plus nombreux à le savoir : depuis 2010 et l’ouverture du Centre Pompidou-Metz, première décentralisation en province d’un établissement culturel public national, Metz a basculé dans la galaxie des grandes destinations touristiques européennes.

L'indéniable effet Pompidou

On vient, majoritairement d’Allemagne ou des Pays-Bas, parfois de bien plus loin, et de partout en France, pour Picasso, Miro et autres Phares, pour des expositions-événements comme récemment Paparazzi ! ou prochainement Warhol, et l’on découvre une ville-jardin et une architecture à la variété inégalable. Alors, on y revient ! Ainsi, en 2014, le Centre Pompidou-Metz a accueilli 350 000 visiteurs. Difficile de ne pas imaginer l’application du principe des vases communicants : dans le même temps, 650 000 personnes ont franchi l’entrée de la cathédrale Saint-Etienne, c’est-à-dire 105 000 de plus qu’en 2009. L’effet Pompidou, indéniable, rejaillit évidemment sur l’activité commerciale et sur l’hôtellerie-restauration. Il agit fortement sur la perception d’une ville trop longtemps réduite à l’image (infondée de surcroît) d’une cité industrielle et grise, quand sa vocation a de longue date été commerçante, et sa couleur dorée comme la pierre de Jaumont.

Il ne suffit pas de tordre le cou aux stéréotypes usagers : encore faut-il se montrer à la hauteur du défi. À en croire son tout récent classement en station de tourisme, Metz a pris la bonne direction : il lui a fallu répondre à des critères pointus pour décrocher ce label attribué par l’État, à même de concrétiser son statut de destination touristique et de le faire connaître. Le besoin d’adaptation est permanent et, face à cet enjeu considérable, l’office de tourisme se trouve en première ligne. « Ses missions vont de l’accueil et de l’information des visiteurs à la commercialisation de séjours, rappelle son président, Pierre Gandar, conseiller municipal en charge du tourisme. Elles sont constamment renforcées et correspondent aux besoins exprimés. L’office de tourisme et ses 33 salariés travaillent activement au renouvellement du regard porté sur la ville et participe à la promotion d’événements-phares comme le Livre à Metz, le festival Passages ou le marathon. Il ira désormais là où sont les visiteurs, en dehors de ses murs. »

Bon pour l’emploi et pour le cadre de vie

L’office de tourisme occupe aussi un poste d’observation privilégié pour mesurer l’évolution de la fréquentation touristique de la ville, estimée à environ 3 millions de visiteurs l’année dernière. « Entre 2009 et 2014, indique sa directrice, Sabine Brousse, nos visites guidées sont passées de 32 500 participants à 39 000, soit une augmentation de 20 %. » Prisées des touristes, elles sont également très courues des Messins, attachés à leur ville, fiers de son patrimoine et curieux de sa si singulière histoire… Pas question pour autant de se reposer sur des lauriers encore tout récents : l’office de tourisme s’emploie à entretenir le mouvement en recevant régulièrement des organisateurs de séjour (tour-opérateurs, autocaristes, comités d’entreprise…). C’est ainsi que, mi-mars, une trentaine de responsables d’associations et de club seniors venus du Nord – Pas-de-Calais sont venus découvrir Metz. On vous laisse deviner leur réaction, sur le mode de l’inattendue beauté… Et le résultat : l’inscription de Metz sur l’itinéraire de nombreux séjours à venir !

À l’essor du tourisme urbain, qui concerne des séjours de deux ou trois jours, doit maintenant se superposer le développement du tourisme d’affaires, qui bénéficiera à partir de 2018 d’un centre des congrès tout beau et tout neuf, dont l’architecture porte l’identité du patrimoine messin et dont la vocation sera de contribuer avec vigueur au développement économique de la ville et de l’agglomération. De quoi installer Metz pour de bon parmi les destinations en vogue : il ne manquera plus, alors, qu’un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Hypothétique il y a quelques années, cette candidature est aussi le signe que les Messins eux-mêmes ont changé de regard sur leur propre ville. Ils savent bien le bénéfice de vivre dans une ville touristique : c’est bon pour l’activité économique donc pour l’emploi, et c’est très agréable pour le cadre de vie.

 

Labels et classements

Le classement de Metz en station de tourisme a été précédé de beaucoup d’autres attributions de labels et de certifications. En voici une liste non exhaustive…

Les chiffres clés
 

54

En 2014, l’office de tourisme a enregistré 510 000 contacts clients, de toute nature (visite au comptoir de l’office, téléphone, courrier électronique ou postal), soit une hausse de 33 % par rapport à 2009. La clientèle étrangère représente 54 % de ces contacts. La proportion s’est inversée en 5 ans, puisque c’est alors la clientèle française qui s’élevait à 54 %. Provenance des touristes étrangers : l’Allemagne pour 53,9 %, le Benelux pour 22,2 %, l’Europe du Sud pour 5,9 %, l’Amérique pour 5,8 %, la Grande-Bretagne pour 3,5 %.

 

46 000

L’activité commerciale de l’office de tourisme (visites guidées et audioguidées, excursions, séjours pour groupes et individuels) a rassemblé, en 2014, plus de 46 000 clients.

 

486 517

Les établissements d’hébergement messins (hôtels et résidences hôtelières, camping, auberge de jeunesse, chambres d’hôtes, port de plaisance…) ont comptabilisé 486 517 nuitées en 2014.

 

7

Les guides et le personnel d’accueil de l’office de tourisme totalisent  la pratique de 7 langues : français, allemand, anglais, néerlandais, espagnol, italien et russe. Le site internet de l’office de tourisme est disponible en 8 langues (français, allemand, anglais, néerlandais, espagnol, italien, japonais, mandarin), et 10 à partir de mai (russe et portugais).

 

20

Entre 2009, l’année précédant l’inauguration du Centre Pompidou-Metz, et 2014, la participation aux visites guidées proposées par l’office de tourisme a enregistré une progression de 20 % ! Près de 39 000 personnes y ont pris part en 20014.

Publié par : Ville de Metz

Thèmes