Valoriser l'écrin de la cathédrale

9 septembre 2015

Thèmes : Mobilité, Urbanisme, Quartier Metz Centre / Les iles, Tourisme, Patrimoine, Espaces verts


La valorisation du cœur historique va se poursuivre : avant l'été 2016, la place Saint-Etienne, au pied de la cathédrale, ainsi que la cour du marché couvert seront libérées de l'emprise des voitures. Une concertation entre tous les acteurs concernés est prévue. Un atout supplémentaire dans le dossier de candidature de Metz au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Le maire de Metz l'a annoncé le 8 septembre : dans les tout prochains jours, la Ville lancera une grande concertation entre commerçants du marché, commerçants du centre-ville, riverains, membres du comité de quartier, acteurs du tourisme, afin de mieux valoriser la place Saint-Etienne, en surplomb de la place de Chambre, et la place Jean-Paul-II, qui comprend la cour du marché couvert, afin de les libérer de l’emprise des voitures.

Dans un entretien publié dans Metz Mag, Dominique Gros évoque ce projet en l'inscrivant dans une logique de continuité : "Une évolution s'impose, dit-il, qui consiste à terminer la libération des places autour de la cathédrale. La place saint-Etienne et la cour du marché couvert ont-elles vraiment vocation, aujourd'hui, à servir de parkings et à entraîner un ballet incessant de véhicules ? Elles représentent 119 places qui sont déjà interdites le samedi, jour de marché." Or, ce jour-là, l'affluence est considérable, et le report s'effectue naturellement vers les parkings du secteur, en particulier le parking Comédie.

Pour Metz, pour ses habitants, ce projet est essentiel à la poursuite de l'amélioration du cadre de vie : plus d'air, plus d'espace, plus de tranquillité, et beaucoup plus de charme. Il est aussi à situer dans le contexte de la candidature au classement mondial de l'Unesco, synonyme de développement touristique, donc d'activité économique et d'emploi. "Un aménagement paysager place Saint-Etienne, une cour dédiée aux commerçants du marché couvert, tout cela aura une pertinence et un charme qui augmenteront nos chances de classement à l'Unesco", suggère le maire qui rappelle également les autres exemples de places rendues aux piétons, à l'animation, au commerce, à l'organisation d'événements : "Jean-Marie Rausch, avant moi, a piétonnisé la place de la Comédie, la place Saint-Louis, la place de Chambre, la place de la République : je me situe dans la continuité de l'écologie urbaine développée à Metz."

Repères et chiffres-clés

- Le stationnement sur la place Saint-Etienne (58 places) et la cour du marché couvert (61 places) représente 4,3% des 2 785 places de voirie payantes recensées à Metz. Les automobilistes pourront se reporter sur les parkings Cathédrale et Comédie, ainsi que sur les parkings République, Saint-Jacques, Coislin. Des places de stationnement seront maintenues pour les personnes à mobilité réduite, la création sur le secteur d'une zone verte (stationnement gratuit à durée limitée) pourra être étudiée.

- Les dates de la piétonisation du coeur de ville :

1973 : Bonne ruelle
1974 : Chaplerue, rue du Grand Cerf
1979 : rue Serpenoise et rue des Clercs
1982 : place Saint-Jacques
1989 : rue Taison
1993 : place de la Comédie, rue du Palais, rue Tête d’Or, rue Sainte-Marie
2006-2007 : place Saint-Louis et place de Chambre
2010 : place de la République
Septembre 2015 : lancement de la consultation pour la piétonisation des places Saint-Etienne et Jean-Paul II (comprenant la cour du marché couvert)

- En 2013, le site lexpress.fr avait établi un classement des 10 plus belles cathédrales de France. Une seule utilisait son pourtour comme parking : la cathédrale de Metz ! Et 7 des 10 sites recensés appartiennent au patrimoine mondial de l'Unesco.

- Une candidature au patrimoine mondial de l'Unesco exige de ne négliger aucun détail, car l'enjeu est de taille : de nombreux touristes à travers le monde établissent leur circuit en fonction de ce label, qui constitue par conséquent un puissant moteur de développement économique, donc d'emplois. Depuis son incription au patrimoine mondial, en 2010, la cité épiscopale d'Albi a enregistré une augmentation de fréquentation de 30 % ! Le label représente aussi un facilitateur en vue de décrocher des financements publics ou européens et pour attirer des partenaires ou mécènes privés.

- La candidature de Metz a été retenue par la France sur la liste indicative des dossiers éligibles à une inscription au patrimoine mondial. 

Publié par : Ville de Metz

Thèmes