Le Livre à Metz tombe les masques

21 mars 2016

Thèmes : Culture, Loisirs, Evénements


Du 21 au 24 avril, le Livre à Metz dévoile, explore, joue, révèle… Près de 200 auteurs, écrivains et reporters, se rassemblent pendant quatre jours autour d’un thème qui combat les faux-semblants. Bas les masques !

 

Un thème

Après avoir fait « mauvais genre » et très bonne impression en 2015, le Livre à Metz en dévoile un peu plus sur les coulisses de la littérature et du journalisme grâce à sa thématique 2016 : « Bas les masques ! ». Pendant quatre jours, du 21 au 24 avril, romanciers, journalistes, essayistes, dessinateurs, photographes confrontent leurs expériences, et donnent à réfléchir sur le monde qui nous entoure grâce à une programmation riche et variée.

Des rencontres

Tables rondes, débats, entretiens, ateliers, apéros… Le festival offre au public (35 000 visiteurs en 2015) de nombreuses possibilités, conviviales et originales, de rencontrer les auteurs (environ 200 auteurs participent à plus de 70 événements). Spectacles, concerts littéraires, lectures publiques figurent également au programme. Le Livre à Metz noue un dialogue direct entre les écrivains et les lecteurs. Son épicentre, place de la République, sous le chapiteau de la grande librairie, est également le lieu des discussions improvisées et des dédicaces. Des découvertes, aussi, puisque cette librairie éphémère de 1 500 mètres carrés, en plus de rassembler les stands des librairies messines, valorise les productions littéraires régionales.

Des invités d’honneur

Littérature, bande dessinée et littérature jeunesse sont chacune représentées par un invité d’honneur. Après Frédéric Beigbeder, le collectif Fluide Glacial autour de Yan Lindingre et Marie-Aude Murail en 2015, le Livre à Metz est de nouveau incarné, en 2016, par des figures majeures du monde du livre : Tahar Ben Jelloun et Jean-Claude Carrière pour la littérature générale, François Boucq pour la BD, Fred Bernard et François Roca pour la littérature jeunesse. Prix Goncourt en  1987 pour La Nuit sacrée, inlassable pédagogue de la tolérance (auteur notamment du Racisme expliqué à ma fille), Tahar Ben Jelloun est l’auteur francophone contemporain le plus traduit à travers le monde. Touche à tout apprécié du grand public et loué par la critique, Jean-Claude Carrière vient de publier en 2015 un essai sur les religions, intitulé Croyance. L’un comme l’autre se prêteront au jeu du grand entretien, à Saint-Pierre-aux-Nonnains, tout comme Mathias Enard, dernier lauréat du Goncourt.

Des hommages

Le Livre à Metz rendra hommage à Jean Vautrin, homme de lettres et cinéaste originaire de Pagny-sur-Moselle, décédé en juin 2015, lors d’une rencontre avec Dan Franck, qui avait écrit avec lui Les Aventures de Boro, et avec Gérard Mordillat. Le festival se joint aussi, à sa façon, aux commémorations de la bataille de Verdun en recevant Michel Bernard (Les Forêts de Ravel) pour un entretien accompagné par un pianiste qui jouera, bien sûr, des morceaux du célèbre compositeur, engagé dans la Grande Guerre en 1916.

Des révélations

« Bas les masques » ? Le thème du festival va permettre d’aborder de passionnantes questions comme celle de l’utilisation d’un pseudonyme : spécialistes et passionnés d’Emile Ajar et/ou de Romain Gary débattront ainsi autour d’une même table. Le métier de « nègre littéraire », dit « collaborateur littéraire », sera également mis à nu, y compris par ceux-là mêmes qui l’exercent ! « Bas les masques » ? L’accent (circonflexe notamment) sera mis sur les romans policiers, révélateurs de la réalité sociale, mais aussi sur l’autofiction, ce genre littéraire permettant à l’auteur d’osciller entre révélation intime et invention de sa vie… Le sport, l’histoire, le journalisme d’investigation seront aussi abordés.

Une avant-première

Attention, temps fort ! Le jeudi 21 avril, Christine Angot proposera sa propre lecture d’Un Amour impossible, son dernier roman, l’une des meilleures ventes françaises des derniers mois.

Des expos

Plusieurs expositions feront l’objet d’un coup de projecteur particulier, étant en lien avec la programmation du festival. Notamment « L’odyssée de l’errance – Les marcheurs de l’ombre », qui se tient à l’Arsenal jusqu’au 30 avril, ou encore le panorama de l’art irakien au musée de la Cour d’or, entre autres.

Des spectacles

La romancière Maylis de Kérangal, auteure notamment d’un Réparer les vivants marquant et très remarqué, s’était associée au chanteur et musicien messin Cascadeur, l’année dernière, lors du festival « Le Goût des autres » au Havre. Ils rejoueront ce concert littéraire autour du roman romantique et pop,  Dans les rapides, à l’occasion du Livre à Metz.  Autre événement mêlant littérature et musique, en clôture du festival, avec cette fois la rencontre du jazz et du polar : Marcus Malte proposera des extraits de son propre roman, Les Harmoniques, accompagné à la guitare par Emile Mélenchon.

 

Pratique

 

 

Publié par : Ville de Metz

Thèmes