La ville où il fait bon lire

27 mars 2017

Thèmes : Culture, Loisirs, Evénements


Les pratiques évoluent, les supports aussi, mais la lecture reste une activité majeure partagée par toutes sortes de publics, à tous les âges, pour apprendre ou pour se distraire. A travers son réseau de médiathèques, mais aussi en soutenant fortement un festival littéraire, en encourageant le déploiement des boîtes à livres et en participant au développement numérique des bibliothèques du Sillon lorrain, Metz place la lecture au cœur des politiques publiques. Metz Mag se met donc à la page.

 

Article paru dans Metz Mag n°75, mars-mai 2017

 

À l’entrée de la médiathèque Jean-Macé, à Borny, station les Bordes sur la ligne A de Mettis, le Moyen Age a envahi l’espace (d’accueil). Des romans, des livres d’histoire, des bandes dessinées, des biographies, mais aussi des albums pour enfants, des disques, des films. Le Moyen Âge est, après les chiens, le thème développé par l’équipe de la médiathèque pour susciter auprès des visiteurs qui passent nécessairement par là un intérêt ne correspondant pas forcément à l’objet initial de leur venue.  « Cet espace est un lieu de de vie, explique Agnès Soré, bibliothécaire : nous y développons un thème précis grâce à tous les supports existants. C’est passionnant ! » Passionnant à mettre en place, entend-elle. Et, en effet, pendant 8 semaines (jusqu’au 10 mai pour être précis), entre 1 000 et 1 200 documents seront proposés gratuitement à la consultation et à l’emprunt !

Parole d’habitués des lieux : il est tout aussi passionnant d’en profiter. « Je tiens à le dire : le personnel des médiathèques accomplit un travail formidable ! », s’enthousiasme Patricia Kimmel, qui habite à Metz depuis 9 ans mais qui adhérait déjà aux services des bibliothèques messines à la fin des années 1980 ! « J’habitais à 25 kilomètres d’ici et, à l’initiative d’une voisine pour commencer, nous venions spécialement à Metz pour emprunter des livres, avec mon mari. Quand nous avons déménagé,  nous nous sommes installés dans un appartement du Pontiffroy et, je peux vous l’assurer, la présence d’une médiathèque a déterminé ce choix. »

Depuis, cette (jeune) grand-mère au foyer fréquente Paul-Verlaine avec une assiduité et une fidélité à toute épreuve. « Plusieurs fois par semaine, plusieurs jours de suite, et même parfois deux fois dans la même journée : samedi dernier, j’ai assisté au brunch littéraire le matin, puis je suis revenue l’après-midi pour rendre des livres ! » La médiathèque centrale n’est pas son unique point de ralliement : suivant le programme d’animations proposé, Patricia Kimmel pousse jusqu’au Sablon ou jusqu’à Borny, « et il m’arrive aussi d’aller dans les bibliothèques de quartier comme à Bellecroix, Metz-Nord ou Magny. À vélo, dit-elle, c’est vite fait ! J’aime vraiment les animations proposées, pour l’échange qu’elles permettent avec les bibliothécaires bien sûr, mais aussi avec les autres participants. C’est fécond et c’est convivial. »

Gratuit depuis 2014

Comme 35 000 personnes utilisant régulièrement les services des bibliothèques et médiathèques de Metz, ou BMM pour les intimes, Patricia Kimmel pourrait aider ceux qui n’y ont jamais mis les pieds à tordre le coup à une image totalement éculée : celle de lieux feutrés, où la vie se résumerait à un alignement de livres, où le seul son émis serait celui des pages qui se tournent, où Gutenberg revendiquerait encore la seule et unique invention moderne digne de ce nom. Certes, le papier y trône en roi puissant : au Pontiffroy, les fonds patrimoniaux de la médiathèque recèlent des manuscrits médiévaux, mais aussi ceux de Paul Verlaine, ou encore les tapuscrits de Bernard-Marie Koltès ; à la surface, les romans de la dernière rentrée littéraire (celle de janvier 2017) ne vont plus tarder à apparaître sur les rayons des trois médiathèques et des trois bibliothèques du réseau, où les amateurs de bande dessinée contemporaine trouveront également leur bonheur.  Et sans bourse délier : accordée depuis 2014 sans considération d’âge, de ressources ou de lieu d’habitation, la gratuité s’applique aussi bien à la consultation qu’à l’emprunt. « Nous avons nos habitués qui, chaque jour ou chaque semaine, viennent lire leur quotidien ou leur mensuel », constatent tous les employés de tous les sites du réseau, car les amies BMM sont également reconnues pour la richesse des périodiques mis à disposition : 350 titres environ, dont une quarantaine pour le jeune public.

Mais ces lieux d’accès à la lecture et aux savoirs sont aussi des lieux de rencontres et d’échanges qui savent vivre avec leur temps, quand ils ne précèdent pas leur époque. Ainsi, depuis janvier 2009 déjà, une  bibliothécaire virtuelle entretient un lien bien réel avec le public, sur les réseaux sociaux : Miss Média est même devenue l’icône des bibliothèques et médiathèques messines ! Bien sûr, le site internet bm.metz.fr permet à la fois de rechercher un document, de s’informer sur sa localisation et sa disponibilité, mais aussi de le réserver et de choisir le lieu de retrait. Et, dans les médiathèques, espaces numériques avec ordinateurs et matériel informatique sont en service, une vocation bientôt renforcée par l’ouverture de l’Agora, courant 2018, au cœur du quartier de Metz Nord – La Patrotte.  Mais la bibliothèque du XXIe siècle se bâtit aussi à l’échelle du Pôle métropolitain européen du Sillon lorrain, où se déploie un ambitieux projet de développement numérique des bibliothèques d’Epinal, Metz, Nancy et Thionville (lire plus bas).

Des animations pour tous

Si l’offre en matière de ressources documentaires, audiovisuelles et numériques s’avère considérable, elle ne saurait suffire à satisfaire tous les appétits. Elle s’accompagne d’un programme d’animations nombreuses, variées, qui suscitent les premiers contacts des nouveaux nés avec le livre (ça s’appelle « l’île aux bébés »), des activités ludiques pour les enfants que nous sommes restés (des séances de blind test avec des musiques de film, par exemple), des rencontres avec les écrivains, des ateliers de découverte comme, tout récemment, celle de la littérature allemande. « Nous devons répondre à des besoins très variés et en constante évolution, nous recherchons donc l’innovation en permanence, constate Pascale Valentin-Bemmert, toute nouvelle directrice des BMM, précédemment responsable de la lecture publique et des bibliothèques au sein du département de la Moselle. En tout cas, notre action s’inscrit pleinement dans l’agenda culturel de la cité. Par exemple, en cette année du 150e anniversaire du jardin botanique, nous déclinerons ce thème sur l’ensemble du réseau, avec près de 40 animations, pour tous les goûts et pour tous les âges. » Le Livre à Metz bien sûr, mais aussi Metz est wunderbar ou Ondes messines passeront également par les BMM, qui répercutent des manifestations nationales telles que la nuit de la lecture et le printemps des poètes.

Car les bibliothèques et les médiathèques ne sont pas seulement des lieux bien plus ouverts qu’il n’y paraît quand on n’y a jamais mis les pieds : elles s’évadent de leurs locaux, investissant Metz Plage l’été par exemple, ou des crèches municipales et des associations de seniors, contribuant sans relâche à faire de Metz la ville où il fait bon lire.

« Bibliothèque numérique de référence »

Soutenu et financé par l’État, par l’Europe et par la région Grand-Est, le projet de Bibliothèque numérique de référence engagé conjointement par le Pôle métropolitain du Sillon lorrain avec Épinal, Metz, Nancy et Thionville verra le jour dans les tout prochains mois. Il prendra la forme de trois portails numériques de contenus. Un site sera dédié à la presse contemporaine en ligne et aux livres numériques ; un autre aux contenus patrimoniaux anciens (estampes, livres anciens, cartes…) ; un troisième à la presse ancienne numérisée. De quoi ouvrir de nouvelles perspectives dans l’accès à la culture, à l’information et à l’éducation, grâce à un patrimoine exceptionnel et des ressources uniques.

Témoignages

Patricia Kimmel, adhérente depuis plus de 25 ans, habituée de la médiathèque Paul-Verlaine

« J’emprunte de tout : des romans, des livres de cuisine, des revues, des films, des disques ! Je ne compte pas, mais j’imagine que je lis 5 romans par mois. Je suis également assidue aux animations proposées par les bibliothécaires, qui donnent des idées, permettent de découvrir des auteurs ou des genres littéraires. Quand un livre m’a plu, il n’est pas rare que je l’achète en librairie pour l’offrir. J’emprunte aussi des albums pour mes petits-enfants et, quand ils leur plaisent, là aussi, je me les procure en librairie. »

 

Agnès Soré, bibliothécaire à la médiathèque Jean-Macé (section adultes) depuis 2008, auparavant à la médiathèque Paul-Verlaine (section jeunesse) depuis 2004

 «  J’adore mon métier : j’ai 57 ans et je ne ressens aucune routine, tant le renouvellement est permanent. Je m’occupe de l’acquisition des romans : fictions, polars, science-fiction… Je rédige des notes, appelées « clins d’œil », à destination du public - je lis environ un livre par semaine. Je coordonne l’espace d’accueil, où nous mettons un millier de documents en place sur un thème précis comme, en ce moment, le Moyen Âge : c’est riche, c’est instructif, et c’est un travail collectif passionnant. Et il y des rotations chaque jour, pour éviter que les habitués ne retrouvent la même chose. »

 

Aurélie Collé, bibliothécaire à la médiathèque Jean-Macé (département musique) depuis 2010

« Partie immergée de l’iceberg, la préparation des animations permet de varier les plaisirs : je contribue à en organiser environ 4 par mois, parfois avec des partenaires extérieurs comme Metz en scènes, l’Orchestre national de Lorraine ou le lycée Schuman. Ce contact avec des publics et des professionnels de différents horizons donne tout son sens à notre mission de service public. »

Les chiffres-clés

831 000

Les 361 000 personnes passées en 2016 par les bibliothèques et médiathèques de Metz ont emprunté 831 000 documents. Le réseau compte 26 000 adhérents, soit 5 000 de plus qu’en 2014. Depuis l’ouverture dominicale de la médiathèque Paul-Verlaine, 300 personnes en moyenne en profitent chaque dimanche.

50

Parmi les animations proposées par les équipes des BMM, qui reflètent la diversité des des disciplines et des supports (patrimoine, numérique, littérature, musique, cinéma, photo…),  50 le sont chaque année à destination du jeune public, réparties sur les 6 sites du réseau.

2

Une dizaine de librairies indépendantes, autant de bouquinistes, de nombreux auteurs et plusieurs associations qui se consacrent au livre participent à faire de Metz une ville qui favorise la lecture. C’est aussi à Metz que siège le comité Erckmann-Chatrian, dont le prix, véritable Goncourt lorrain, est remis chaque année depuis 80 ans en l’hôtel de ville de Metz. En 2016, le prix a été attribué à Michel Louyot, pour Un Chouan lorrain, paru aux Paraiges. Les Paraiges sont, avec les éditions Serge Domini,  l’une deux maisons d’éditions messines. Metz Mag présente régulièrement les livres ayant Metz pour décor, comme ici, ou ici.

Publié par : Ville de Metz

Thèmes