Beaucoup de monde au Jardin (infini)

1 septembre 2017

Thèmes : Culture, Loisirs, Evénements, Tourisme


Après cinq mois et demi d’ouverture, l’exposition Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie a fermé ses portes ce lundi 28 août. Visitée par près de 1 000 personnes par jour, elle aura accueilli au total 135 288 visiteurs. 

 

Conçue par l’artiste Daniel Steegmann Mangrané comme un univers tour à tour souterrain et lumineux, la scénographie de Jardin infini aura expérimenté la possibilité d’une exposition-paysage.

Transformé en gigantesque jardin d’acclimatation, le Centre Pompidou-Metz a exceptionnellement accueilli en son sein des œuvres vivantes et évolutives, certaines réalisées avec le concours des services municipaux. « Nous bénéficions non seulement des conseils avisés, mais aussi du concours direct des jardiniers de la Ville ! Une équipe formidable, au sein du service Parcs et jardins comme au centre horticole, une collaboration vraiment passionnante », s’enthousiasmait ainsi Hélène Meisel, commissaire de l’exposition avec Emma Lavigne, au printemps dernier dans les colonnes de Metz Mag. « Les jardins ont besoin de la main de l’homme pour exister : nous travaillons donc avec les jardiniers de la Ville de Metz et, disons-le, c’est assez révolutionnaire ! », ajoutait Emma Lavigne au moment du lancement de l'exposition, au tout début du printemps.

L’Art dans les jardins continue

Les visiteurs auront ainsi pu vivre au rythme des rhododendrons de Simon Starling, des nymphéas de Pierre Huyghe ou des haricots de Hans Haacke, tout en appréciant les couleurs des « jardiniers » de la modernité, comme Claude Monet ou Hilma af Klint.

Inscrite à la suite de Sublime. Les tremblements du monde (2016), Jardin infini a de nouveau investi le champ d’une écologie sensible et critique, guidée par l’imaginaire et l’engagement des artistes. Le Centre Pompidou-Metz a également renouvelé son engagement territorial, en s’associant aux espaces verts de la Ville de Metz pour la réalisation de trois jardins d’artistes hors les murs, visibles jusqu’au 17 septembre dans le cadre de « L’Art dans les jardins ».

Léger et le Japon

L’exposition-événement Fernand Léger, le beau est partout, se poursuit jusqu’au 30 octobre : lire ou relire notre article en cliquant ici.

Le Centre Pompidou-Metz s’apprête à présenter une saison japonaise forte d’une exposition sur l’urbanisme et l’architecture du Japon, dans la grande nef, et d’une autre sur la création contemporaine, dans les galeries 2 et 3 : retrouvez la programmation détaillée en cliquant ici.

Publié par : Ville de Metz

Thèmes