Muse inspire Metz

22 novembre 2017

Thèmes : Loisirs, Urbanisme, Evénements, Economie, Emploi


Les commerces de Muse ont ouvert leurs portes mardi 21 novembre à un public déjà nombreux et curieux de découvrir, en centre-ville, ce haut lieu moderne du "shopping créatif", comme le décrivent ses concepteurs. Présentation, propos, chiffres-clés...

Première visite

A deux pas de la gare TGV, face au Centre Pompidou-Metz, à 10 minutes à pied de la place Saint-Louis et un quart d'heure de la cathédrale Saint-Etienne, Muse se présente comme le lieu de toutes les inspirations, pensé pour susciter la créativité et l'étonnement, et garantir le confort des visiteurs. Pour y parvenir, Muse ne propose pas seulement une collection exceptionnelle d'enseignes pour la plupart inédites à Metz : 115 commerces réunissant le long de 300 mètres de mail les univers de la mode, de la beauté, de la décoration, des loisirs, du multimédia et de la restauration. Primark, dont l"ouverture est prévue au début du printemps 2018, constituera une locomotive puissante au même titre que Carrefour Market, qui propose d'ores et déjà une grande surface alimentaire dernière génération. Uniqlo, Le Comptoir Boulanger, Micromania, Mise en scène font partie des nouveautés présentées au sein de Muse. Le casting complet est à retrouver sur le site de Muse, ici.

Mais Muse va bien au-delà de cette offre commerciale nouvelle et puissante ! Ainsi, la boutique "The collection by Muse" accueille, de manière éphémère, une sélection de marques (jeunes créateurs, marques émergentes, griffes renommées...) dans tous les univers. Les premiers visiteurs, mardi 21 novembre en soirée puis mercredi 22 novembre, ont aussi découvert des services pratiques modernes, accessibles grâce à l'acquisition d'une carte "privilèges", comme "click & collect" qui permet de récupérer les commandes passées sur internet ou "l'achat mains libres" qui permet de récupérer ses achats à la fin de sa visite ou de se les faire livrer à domicile ! Un "atelier des créatifs", espace de coworking connecté, est également disponible, tout comme une aire de jeux proposant des jeux traditionnels et digitaux...

Face au Centre Pompidou-Metz et au coeur d'une métropole battant pavillon "art & tech", Muse propose de nombreuses surprises digitales comme la bibliothèque des arts, et présente une collection d'oeuvres d'art réalisés comme un mobile monumental (Polyèdre bleu) de Julio Le Parc, un nuancier de couleurs (Cascade et pirouettes polychromatiques) créé par Lionel Estève, les totems de Chourouk Hriech, les fresques murales de Romain Froquet... A voir !

A lire aussi : Muse agrandit la ville, présentation de ce projet urbain mixant commerce, logements et espaces de bureaux, et de ses retombées en termes d'emplois.

Ils ont dit...

Maurice Bansay, président-fondateur d'Apsys, opérateur global de Muse

"Jamais cette opération n'aurait vu le jour sans une vision partagée avec la Ville de Metz et Metz Métropole, et sans le soutien indéfectible des élus, malgré les vicissitudes et les abandons. Je tiens en particulier à saluer le travail acharné de Richard Lioger (alors premier adjoint au maire de Metz, chargé de l'urbanisme)."

"L'apport d'enseignes nouvelles et de locomotives puissantes va permettre d'étirer la zone de chalandise de Metz. Elle compte actuellement 400 000 personnes. Les enseignes de Muse, comme Primark qui a privilégié Metz plutôt que Luxembourg, vont attirer une clientèle prête à consentir à des trajets d'une heure trente, voire deux heures. 800 000 personnes vivent à moins de trois quarts d'heure de Metz, soit quasiment la population des métropoles de Bordeaux ou de Toulouse ! C'est un potentiel considérable !"

"Muse, ce n'est pas qu'un espace de shopping : ce sont aussi 400 logements de toutes typologies et deux immeubles de bureaux. Création d'emplois, développement durable, habitat... Nous nous sommes fixés l'objectif de rendre la vie et la ville plus belles, et Muse répond à cette ambition."

"Nous sommes en synergie et en complémentarité avec le centre-ville, et pour cause : nous sommes au centre-ville ! En matière de consommation, la concurrence est mondiale et elle existe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an : elle s'appelle Amazon. Si nous voulons que les centres-villes continuent à s'animer, ils faut les repenser et créer les conditions d'un commerce moderne et dynamique. C'est aujourd'hui ce que Metz propose avec Muse !"

"En vitesse de croisière, c'est-à-dire d'ici 3 à 5 ans car il nous faut le temps de trouver notre place et que les consommateurs s'habituent, nous visons 7 à 8 millions de visiteurs chaque année."

 

Jean-Paul Viguier, architecte de Muse

"Muse est pensé pour être un lieu vivant et vibrant, figure de proue d'une nouvelle perception de la ville en organisant une véritable mixité des fonctions urbaines : commerces, bureaux, logements, jardins... Toutes ces activités se développent en permanence, dans une intensité propre à la vie urbaine contemporaine."

"Le mouvement qu'incarne Muse est salutaire car il redonne du sens à la structuration des territoires par la métropole."

 

Dominique Gros, maire de Metz, 1er vice-président de Metz-Métropole chargé du développement économique

"Vous connaissez la chanson de Claude Nougaro ? Il y avait une ville, il n'y a plus rien ! Eh bien, ici, il n'y avait plus rien, et il y a maintenant une ville. Nous sommes là face à la façon moderne de reconstruire une ville sur elle-même, à l'emplacement d'une friche, sur un emplacement remarquable entre la Seille et la gare TGV. Il convient aujourd'hui de rendre hommage à mon prédécesseur, Jean-Marie Rausch, qui a pensé à cette extension du centre-ville franchissant la gare. Et nous, nous l'avons fait, en proposant dans ce quartier de l'Amphithéâtre toutes les fonctions d'une ville : la culture avec le centre Pompidou-Metz et, bientôt, un cinéma ; le sport et le spectacle avec les Arènes ; le business avec en 2018 un centre des congrès et, d'ores et déjà, des sièges bancaires, désormais des commerces, plus tard l'hôtel Starck dont je m'apprête à signer le permis de construire ; des logements, dont près de 40 % de logements sociaux ; et au milieu, le centre névralgique des transports en commun avec notamment la gare TGV, Mettis et les lignes de bus du réseau Le Met'."

"Pour ce projet, nous avons rencontré des gens qui croient en notre ville, en tête desquels Maurice Bansay. A l'époque, il était présenté comme quelqu'un d'un peu fou pour parier sur Metz. Aujourd'hui, il est considéré comme un homme plein de sagesse puisqu'il a parié sur Metz ! Il a manifesté une belle intuition, qui a necessité du talent et de la détermination. Ça paie, le courage ! J'insiste d'ailleurs sur le rôle joué par celui qui était alors mon premier adjoint et qui est devenu tout récemment député : Richard Lioger ! Bravo a lui également !"

 

Jean-Luc Bohl, président de Metz-Métropole

"Nous avons relevé un défi d'une complexité extraordinaire ! Et pour outrepasser les difficultés de tous ordres, nous avons travaillé tous ensemble dans la convergence et la confiance. Je me souviens avoir demandé un jour à Maurice Bansay pourquoi il avait choisi Metz. Sa réponse tenait en quelques mots : mais parce que c'est ici que ça se passe !"

 

Richard Lioger, député de la Moselle, conseiller municipal de Metz, ancien premier adjoint au maire

"Cette journée est, à titre personnel riche en émotions ! Il est question, bien sûr, du développement d'une ville, mais aussi de rencontres humaines."

"Pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation, il nous fallait un projet attractif et innovant : c'est ce que Maurice Bansay a proposé, ici, au centre-ville, à un quart d'heure de marche de la cathédrale. Je rappelle juste que cette extension est comparable à celle réalisée à l'époque par les Allemands il y a un peu plus d'un siècle, puisque la Neustadt s'étendait sur 20 hectares. Ici, nous avons réalisé 20 hectares de jardins, plus 20 hectares d'immobilier."

Muse en quelques chiffres...

 

 

 

Publié par : Ville de Metz

Thèmes