Accueil > Parcs et Jardins > Les jardins familiaux

Les jardins familiaux

Photo d'un jardin familial

Metz comprend 810 jardins familiaux, ce qui représente une surface totale de 20 hectares.

Les jardins familiaux sont des parcelles de terrain mises à la disposition des habitants par la Municipalité et gérés par le Pôle Parcs, Jardins et Espaces Naturels. Un agent est notamment chargé des relations de terrain avec les bénéficiaires, qui sont locataires des parcelles. La culture de la terre y est individuelle.
Différents sites répartis dans la ville accueillent des jardins familiaux :

Comment en bénéficier ?

La Ville de Metz porte une attention particulière à ce que les jardins familiaux bénéficient en majorité à des familles habitant en logement social. Aujourd'hui, aucune condition de ressources n'est exigée pour les candidats à la location. Le Pôle Parcs, Jardins et Espaces Naturels s'assure simplement que le demandeur est bien domicilié à Metz et qu'il ne bénéficie pas, à titre locatif ou de propriétaire, d'un espace assimilable à un jardin.

Les tarifs appliqués sont bas afin de permettre à des familles à revenus modestes d'en bénéficier. A titre d'exemple, une famille qui dispose d'un jardin d'une surface de 2 ares dans un jardin collectif s'acquitte d'une redevance annuelle de 50 à 80€.

Pour louer une parcelle, il faut remplir une fiche de demande de jardins familiaux, disponible en Mairie de quartier, au Bureau des jardins familiaux ou téléchargeable. Toutes les demandes enregistrées sont placées sur liste d'attente. Les jardins sont ensuite attribués par ordre de priorité chronologique, selon le quartier demandé.

Zéro pesticide et écophyto

Depuis la signature d'une convention avec l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse en 2008, le pôle Espaces Verts de la Ville de Metz s'est engagé dans une politique "zéro pesticide". À ce titre, l'utilisation de pesticide a été réduite de plus de 98%.
D'autre part, la Protection Biologique Intégrée (PBI) est pratiquée dans les serres de production de la Ville. Elle est également peu à peu généralisée aux espaces extérieurs. Il s'agit d'une méthode permettant de préserver les cultures des ravageurs en privilégiant la lutte biologique. Lorsque ces moyens biologiques ne permettent pas de contrôler les ravageurs ou lorsque le coût devient trop important, des produits chimiques respectant les auxiliaires (insectes, acariens, nématodes, champignons, bactéries, etc., qui permettent de limiter la prolifération des ravageurs et d'en réguler la population de manière naturelle et constante), naturels et introduits, sont appliqués. La PBI se caractérise par le maintien d'un équilibre entre les auxiliaires et les ravageurs sur la culture protégée.
En outre, le paillage des plantations a été généralisé, ne permettant pas aux "mauvaises herbes" de germer et de se développer et évitant ainsi d'avoir recours au désherbage chimique.
Enfin, grâce à un partenariat avec le Rucher école du Saulcy, 8 ruches ont été installées depuis 2010 dans les espaces verts de la ville (parc de la Seille, parc du Pas-du-Loup, chemin sous les Vignes, Grange-aux-Bois). Grâce au "zéro pesticide", les abeilles menacées par l'utilisation de produits phytosanitaires peuvent remplir leur rôle fondamental de pollinisation (elles fécondent plus de 80% de notre environnement végétal) et garantir une biodiversité essentielle au bon fonctionnement global des écosystèmes.     

Le jardinage "nature" concerne également les jardiniers amateurs. La réduction de l'utilisation des pesticides dépend de la mobilisation et de l'engagement de tous. Cela passe notamment par les respect de préconisations, conseils et astuces, délivrés par les ministères de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, ainsi que de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, en partenariat avec l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (Onema), dans le cadre de leur programme "Écophyto" qui vise la réduction et l'amélioration de l'utilisation des phytos. Ainsi, chacun peut grâce à des gestes simples et de bon sens se passer de pesticides dans son jardin.

À titre collectif et individuel, jardinons plus nature !

En savoir plus : Guide pour jardiner + nature. Bon pour votre santé et votre jardin ! (PDF)

Pour plus d'information :