Lancement de l’Expressive game lab

26 novembre 2014

Thèmes : Culture, Vie étudiante, Education


La toute première plateforme d’analyse et de recherche sur les jeux vidéo de France vient de prendre ses quartiers à Metz, dans le nouveau centre TCRM-Blida, à l’initiative de Sébastien Genvo, professeur des universités.

Un besoin de recherche sur les jeux vidéo

Cette année, le chiffre d’affaire des jeux vidéo dans le monde a dépassé celui du cinéma, et pourtant les structures de recherche et de formation universitaires sont encore rares. Sébastien Genvo a initié en 2002 une thèse sur les jeux vidéo et aboutit aujourd’hui à l’ouverture du premier laboratoire français spécialisé dans ce domaine. Ces quelques salles regroupent différentes consoles aussi bien des récentes que des anciennes ainsi que des jeux rares ou répandus afin que les chercheurs, étudiants ou doctorants puissent commencer, développer ou approfondir leurs travaux par la pratique et l’observation de ces jeux.

Ce laboratoire est une délocalisation de l’université de Lorraine, elle a été mise en place en collaboration avec le CREM (Centre de recherche sur les médiations) et le LORIA (Laboratoire Lorrain de recherche en informatique et ses applications). Plus tard, le laboratoire souhaite recruter des doctorants et ouvrir une chaine de mécénat pour approfondir son activité.

L’Expressive Game Lab démarre son activité

Des étudiants parfois étrangers, des acteurs de TCRM-Blida, élus, journalistes, curieux ou spécialistes se sont donné rendez-vous le mardi 25 novembre à 19h dans les locaux de TCRM-Blida pour l’inauguration de cette nouvelle activité. Les salles à Blida étaient pleines, l’occasion aussi pour les structures voisines portant sur les jeux vidéo de faire connaitre leurs activités : par exemple, la web TV Mamytwink  qui réalise des critiques sur les jeux vidéo. Son site internet cumule plus de 50 000 vues par jour et  un véritable studio a été réalisé au sein du LAN, Les Ateliers Numériques. Juste à côté, l’association Coin travaille sur le développement de jeux vidéo en les créant sous la contrainte de temps afin d'en ameliorer les performances techniques. L’entreprise Frontières du Pixel, elle, travaille dans le but de promouvoir les jeux vidéo en tant que moyen de divertissement populaire, ludique, éducatif, instructif et formateur. Il y a aussi l'association Tryptik qui met à disposition de très vieilles bornes d’arcades, entièrement restaurées, aujourd’hui rarissimes. Le bouillonnement de ces structures est en plus partagé. Chaque porte entre les différents bureaux restera ouverte afin de faciliter les échanges car le matériel ou l’expérience de l’un pourra très bien servir à un autre.

 « Chaque fois que je viens ici, c’est un véritable bain de Jouvence que je prends » souligne Dominique Gros le maire de Metz. Les jeux vidéo deviennent un moyen d’apprentissage en plus d’un divertissement. « J’ai vu au Régiment des Hussards des entrainements de tir au canon sur des jeux vidéo » ajoute-t-il.

Plus d'informations sur le site de TCRM-Blida ici
Le site internet de Sébastien Genvo ici

Publié par : Ville de Metz

Thèmes