Centre des congrès : les images du projet

19 décembre 2014

Thèmes : Urbanisme, Economie


Architecte du futur centre des congrès, Jean-Michel Wilmotte présente son projet : un bâtiment respectueux de son environnement, à l’arrière de la gare et face au centre Pompidou-Metz, ainsi qu’un hommage appuyé à l’urbanisme messin puisque la pierre de Jaumont y prend une place de choix.

 

Implanté en centre-ville, à quelques centaines de mètres du cœur historique, entre la gare ferroviaire et le centre Pompidou-Metz, le centre des congrès poursuit le déploiement du quartier de l’Amphithéâtre. Il vient compléter l’offre messine en matière de tourisme d’affaires, tout en contribuant à l’étalement de l’activité touristique tout au long de l’année. Il renforce l’attractivité économique de la ville et de son agglomération. Accessible par tous les modes de transport, il fonctionnera dès son ouverture en 2018 en parfaite complémentarité avec le centre Pompidou-Metz.

Le projet commenté par son architecte

Vendredi 19 décembre,  le projet de bâtiment dû à l’architecte Jean-Michel Wilmotte a été présenté à la presse. L’occasion pour le fondateur de l’agence portant son nom, classée dans le top 100 des plus grands cabinets mondiaux d’architecture selon le magazine anglais Building Design, de dévoiler un petit secret de fabrication : « C’est dès ma première visite à Metz, avec mon équipe, que j’ai décidé d’utiliser la pierre de Jaumont pour ce projet. Je me trouvais place d’Armes, sous un rayon de soleil. Cette couleur, cette matière appartiennent à l’histoire architecturale de cette ville. L’utiliser pour le centre des congrès, où elle sera apparente en extérieur comme en intérieur, est un hommage au patrimoine architectural de Metz. »

 

Ce qu’ils en disent

Dominique Gros, maire de Metz : « Metz est une ville d’architecture, Metz inspire les architectes ! Jean-François Blondel au 18e siècle, Pierre Perrat avant lui pour la cathédrale, dont  Paul Tornow a ensuite dessiné le portail, Jügen Kröger pour la gare, Ludwig Bettecher pour la Poste… Dubuisson dans les années 1960, puis Ricardo Bofill à qui l’on doit la transformation de l’’Arsenal ou, tout récemment, Rudy Ricciotti avec la Boîte à musiques… Et demain, l’hôtel de Philippe Starck à l’Amphithéâtre qui porte déjà les signatures de Nicolas Michelin, Christian de Portzamparc, Shigeru Ban, Jean-Paul Viguier… C’est dire si Jean-Michel Wilmotte est le bienvenu à Metz ! »

Jean-Luc Bohl, président de Metz-Métropole : « Ce bâtiment a l’immense vertu d’avoir puisé dans notre identité à travers la pierre de Jaumont, exploitée tout près d’ici, véritable signature pour notre agglomération, une sorte de fil d’or des bâtiments de nos villes et de nos villages. Avec cette pierre, Jean-Michel Wilmotte a perçu combien nous sommes attachés à notre histoire. »

Jean-Michel Wilmotte, architecte : « Il nous fallait concevoir une surface de 18 000 mètres carrés dont un auditorium de 1 200 places, sur un espace de 6 400 mètres carrés. Et pourtant, ce centre des congrès sera aéré, transparent, en plus d’utiliser la pierre de Jaumont avec le savoir-faire d’aujourd’hui, dessinant comme un grand claustra. Ici, avec le centre Pompidou-Metz juste en face, il n’y avait aucune idée de compétition : au contraire, proposer un bâtiment discret était une nécessité importante. Des formes compliquées n’auraient pas eu de sens à cet endroit. Bien qu’il soit dense, les espaces y sont généreux. »

 

Données et chiffres-clés

Publié par : Ville de Metz

Thèmes