Chapeau aux artistes messins

22 novembre 2019

Le 21 novembre, lors du vernissage de l’exposition du Prix d’Art Robert Schuman au Cercle Cité en coopération avec la Villa Vauban à Luxembourg, le prix d'art tant convoité, accompagné d'une dotation de 10.000 € a été remis au jeune artiste messin Thibaud Schneider. Lors de cette soirée, l'artiste messine Anaïs Marion a été récompensée elle-aussi par une mention spéciale, attribuée également à l'artiste luxembourgeoise Aline Bouvy. Les lauréats du prix sont chaque année désignés par un jury composé de professionnels de l'art qui représentent les villes du QuattroPole (Metz, Luxembourg, Sarrebruck et Trèves).

Bravo à nos artistes !

Diplômé de l'ESAL de Lorraine, Thibaud Schneider vit et travaille  actuellement à Metz. Son art sensible se matérialise sous forme de structures au maintien fragile qui jouent avec les matières. Il modèle, assemble, transforme le bois, le plâtre, les cadres, les peintures, les mots, les archives photographiques. Ses créations et ses paysages de ruines occupent l’espace : celui de l’art mais également l’espace transitoire du devenir, tous deux marqués par les luttes, les corps à corps, les rejets et l’amour. Il se définit lui-même comme un romantique qui tente sans cesse de construire l’inachevé. Marc Aufraise, le commissaire qui l’a sélectionné pour participer au Prix le décrit comme « un grand fan de Delacroix, de la peinture classique au sens large, et en même temps un artiste au vocabulaire plastique de son temps.»

Née à Metz, Anaïs Marion vit et travaille actuellement à Poitiers. Son travail artistique a déjà fait l'objet de plusieurs expositions notamment à Poitiers et Angoulême. Guidée par les narrations qui forgent nos mémoires collectives, sa recherche artistique est plurielle, voyage, photographie, écrit, archive. Sa démarche se construit surtout dans le déplacement. Avec cet ensemble de cartes, d’images, d’objets, de dates et de récits quasi documentaires qu'elle réunit, elle compose des installations comme des essais visuels, réalise des livres d’artiste ou encore performe des conférences. Par la reproduction, le détournement, l’épuisement, son œuvre tente de dérégler les codes de production, de diffusion et d’appropriation du savoir historique.

Les œuvres des deux artistes messins et des quatorze autres nominés qui étaient en lice pour le prix, sont exposées jusqu'au 19 janvier 2020 à la Villa Vauban - Musée d'Art (bâtiment historique) et au Cercle Cité. 

Le Prix d'Art Robert Schuman

Depuis 1991, le Prix d’Art Robert Schuman, qui porte le nom du « père de l’Europe », offre à la création contemporaine de l’espace QuattroPole une vitrine artistique transfrontalière. Tous les deux ans, il est le fruit du dialogue fertile entre acteurs du monde de l’art contemporain des villes de Luxembourg, Metz, Sarrebruck et Trèves autour d’une exposition collective de seize artistes de la Grande Région, invités par un commissaire ou une équipe de commissaires ou curateurs par ville. L’organisation de l'exposition autour du prix est assurée à tour de rôle par les 4 villes du QuattroPole.


En savoir plus 

Cookies

En poursuivant votre navigation sur les sites internet de la ville de Metz, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte Je refuse