Metz & Moi : zoom sur les vitraux de Cocteau

19 février 2020

Jeudi 6 février à 14 h 30 à l'église Saint-Maximin, les participants au programme Metz & Moi étaient au première loge pour admirer les détails des vitraux de Jean Cocteau, artiste français aux multiples talents, à la fois, poète, graphiste, dessinateur, dramaturge mais aussi cinéaste.

La visite autour de ces vitraux, joyaux du patrimoine messin, est menée tambour battant par Christian Schmitt, critique d'art et essayiste, auteur de plusieurs ouvrages sur l'art, et notamment Les vitraux de Jean Cocteau - Je décalque l'invisible (éditions des Paraiges). La passion de notre guide du jour pour Jean Cocteau a tôt fait de contaminer l'auditoire, captivé.
Qualifié comme un des plus grands artistes du 20e siècle, l'œuvre vitrailliste de Cocteau à Metz constitue le dernier chef-d'œuvre du maître avant sa disparition en octobre 1963. Coup du destin, il n'aura pas la chance de voir son travail achevé puisque la plupart des vitraux sont finalisés et installés dans l'église bien après sa mort.

Une œuvre avant-gardiste

Avant-gardiste, c'est le mot à retenir pour qualifier le style des vitraux de Jean Cocteau à Metz. Ici, nulle référence religieuse, ce qui reste assez inhabituel dans une église pour le souligner, mais plutôt une rencontre avec la mythologie gréco-romaine, les mythes anciens, les déesses oubliées ou encore le chamanisme... Une invitation au voyage en somme, doublée d'un message prégnant : la mort n'est pas la fin de tout, mais une simple transformation.

Les vitraux par transepts

Déambulation organisée, l'itinéraire de la visite suit les différents transepts de l'église.

Derrière l'autel : habituellement réservé au prêtre, les membres Metz & Moi ont pu exceptionnellement franchir l'autel pour se tenir au plus près des vitraux. Dans un chromatisme de bleu éclatant, ceux-ci représentent la partie majeure de cette œuvre vitrailliste. Le chemin qui est proposé aux participants dans la lecture de ces pièces d'art, est celui de l'éloge de l'immortalité, à travers l'image du chaman, "l'homme aux bras levés" mais aussi celle de l'Homme androgyne, représenté par un visage solaire (figure masculine) et lunaire (figure féminine). Deux autres images à noter, la référence à l'Égypte avec un motif très végétal entre palmier et papyrus et celle de l'œuf cosmique, symbole utilisé dans de nombreux mythes et civilisations anciennes, pour expliquer l'apparition du monde.

Transept nord : dans ces vitraux, les références aux thèmes mythologiques et notamment à la renaissance après la mort sont fortes. On y croise ainsi une rose, symbole de résurrection mais aussi des personnages tels que le minotaure ou Hyacinthe, jeune homme qui se transforma en fleur à sa mort, tué par accident par le dieu Apollon alors qu'ils jouaient ensemble au disque.

Transept sud et est : dans ces vitraux, l'utilisation du pictogramme par Cocteau (art schématique) est frappante, et surtout très avant-gardiste pour l'époque. Ici, la pièce centrale est occupée par une représentation d'Orphée, figure à la résonnance particulière dans l'œuvre du réalisateur puisque ces deux derniers films ont pour sujet ce mythe. Les figures mythologiques réapparaissent également avec une représentation d'Arachné et de Déméter, déesse des saisons.

La chapelle : dans le vitrail de droite, Cocteau se représente lui-même, en habit d'académicien nimbé de flammes, symbole d'immortalité. La figure de deux amants le surplombe. Quant au vitrail de gauche, on y découvre Jean Cocteau, façon autoportait, avec la présence d'une face solaire et d'une face lunaire qui symbolisent les aspects contradictoires de sa personnalité. En effet, Jean Cocteau était à la fois un être joyeux, insouciant, sur qui l'on pouvait compter, assure son entourage proche, mais également quelqu'un de très torturé, déprimé et peu sûr de lui.

Une fois la visite terminée, le constat des participants est unanime : l'œuvre de Cocteau apparaît encore plus belle, une fois son sens révélé.

Pour aller plus loin sur le sujet :

Les vitraux de Jean Cocteau - Je décalque l'invisible, Christian Schmitt (édition des Paraiges) 
Vidéo "Jean Cocteau à Metz, Je décalque l'invisible"


Vous souhaitez participer aux prochaines sessions de cette visite ?

  • Calendrier : 20 février / 5 et 19 mars / 2 et 23 avril / 6 et 20 mai / 4 juin 
  • Pour s'inscrire : metzetmoi.fr

->La carte Metz & Moi, c'est quoi ? Lancée par la Ville de Metz en janvier 2019, la carte "Metz & Moi", nominative et 100% gratuite, permet à tous les Messin(e)s de cœur, d'entrer dans les coulisses de Metz ! Lieux insolites, visites guidées, rencontres, ateliers, trésors patrimoniaux… Profitez d'un programme unique et gratuit tout au long de l'année. 
Consultez l'ensemble du programme 

Cookies

En poursuivant votre navigation sur les sites internet de la ville de Metz, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte Je refuse