Fermer le menu


Histoire des quartiers

Metz centre / Ancienne ville

Les origines de ce quartier remontent à l'époque romaine. C'est là que se croisaient les deux grands axes routiers : l'axe Nord/Sud, le « cardo maximus » (rues Serpenoise, Ladoucette, Taison) allant de Marseille à Trèves et l'axe Est/Ouest, le « decumanus maximus » (Fournirue) allant de Reims à Strasbourg.

Ce quartier a toujours été le cœur vivant de la ville : la place Saint-Jacques occupe l'emplacement du forum antique, la place Saint-Louis était la grande place commerçante abritant les changeurs au Moyen-Âge.

Sablon

Situé sur la rive gauche de la Seille, le Sablon à l'époque romaine est mentionné sous le vocable Ad Arenas (en latin Arena signifie sable). L'origine de ce nom est à chercher dans la qualité des terrains qui composent son site. Il s'agit d'une plaine formée d'un vaste dépôt d'alluvions siliceuses reposant sur des argiles, d'où l'analogie avec le sable, qui a donné Sablon.

Vallières

L'ancienne commune de Vallières était un village rural de la province des Trois-Evêchés et coutume de Metz. Attesté dès le IXe siècle sous le nom de Wallerias, il porta au XIIe siècle les noms de Valeria, Valerie, avec dès le XIVe siècle les formes de Valières, Vailière ou aux XVe-XVIe siècleWallière, Vaillières, Waillier, Vallier : tous ces termes désignant un « lieu où il y a une vallée ».

Devant-les-Ponts / Les Iles

L'ancienne commune de Devant-les-Ponts a été rattachée à la Ville de Metz en même temps que Plantières-Queuleu, le 1er avril 1908. Les noms anciens donnent plusieurs noms de lieux dits où se trouvaient un habitat dispersé, composé de fermes, maisons de vignerons ou de jardiniers, ayant tous pour dénominateur commun le fait d'être de l'autre côté de la Moselle Devant-les -Ponts.

C'est donc tout naturellement que la commune créée en 1970 prit ce nom, faisant partie d'abord du canton de Moulins, puis de celui de Lorry en 1795. Plusieurs maisons de plaisance, appartenant à des bourgeois messins se trouvaient également sur son territoire depuis le XVIIIe siècle, appelées le Coupillon, le Sansonnet, la Ronde, la Folie, la Bagatelle ou encore la Maison de Planches.

Magny

Magny est un ancien village de la province des Trois Evêchés, bailliage et coutume de Metz, dépendant au Moyen-Age de l'abbaye Saint-Clément de cette ville, mais siège dès 1307 d'un archiprêtré de 17 paroisses dont Retonfey, Noisseville, Courcelles, etc.

Attesté dans les textes dès le XIIe siècle, son nom varia au fil du temps de Mannet à Maigne (1225), Maigni (1239), Maignai (1243), Maigney (1245), Magney (1482). La formule actuelle Magny est attesté en 1544 mais on trouve encore Maingny en 1556 et Magni en 1756.

Bellecroix

Le nom de Bellecroix est associé à celui de Désiremont.
Désiremont désigne en fait la colline sur le flanc de laquelle se trouvait autrefois le village de Saint-Julien et le lieu-dit de Belle Croix. Le nom de Bellecroix vient d'une grande croix en pierre ou mieux d'un calvaire qui y était situé.
Plus tard, Eve de Gournay y fit construire une chapelle qu'elle offrit aux Grands Carmes de Metz. Cette chapelle devint rapidement un lieu de pèlerinage. Chapelle et croix furent détruites en 1731 pour faire place à la construction du fort de Bellecroix.

Patrotte / Metz Nord

Le quartier de Metz-Nord / la Patrotte (nom d'un ancien lieu-dit), bien que de création relativement récente, garde néanmoins dans la toponymie d'une de ses rues, rue de l'Abbaye-Saint-Eloi (ou Eloy), le souvenir d'une des plus anciennes et célèbres abbayes qui parsemaient le pays messin au Moyen-Age. Lors du siège de Metz par Charles Quint, en 1552, le Duc de Guise, craignant que l'ennemi ne s'emparât de cette abbaye, la fit détruire.

Borny / Grigy - Technopole

L'ancienne commune de Borny, rattachée à Metz le 1er janvier 1962 était un village connu depuis au moins le Xe siècle.
Siège d'un fief relevant du roi de France, paroisse de l'archiprêtré de Metz, il avait pour annexe le hameau de Grigy, les fermes de Belle-Tanche, des Bottes ou Bordes, de la Haute-Bévoy, de la Grange-aux-Bois et le fort des Bordes.
De durs combats eurent lieu lors de la guerre de 1870 dans les environs. Malgré l'installation de petits ateliers à la fin du XIXe siècle (fabrique de poutrelles, menuiserie, fours à chaux) la commune resta essentiellement rurale jusqu'à son rattachement à Metz en même temps que Magny et Vallières.

La Grange-aux-Bois

D'une superficie globale de près de 190 hectares, le périmètre de ce nouveau quartier messin se situe au sud-est de la ville, entre les bois de la Maccabée, de la Dame et de Mercy.

Conçu à l'origine comme une zone d'aménagement concertée, le projet initial élaboré en 1973 a subi au fil des mois un certain nombre de modifications et d'aménagements en fonction de certains impératifs techniques et la mise à jour de nouveaux objectifs.

La création de la Grange-aux-Bois se devait de reposer sur un choix précis d'urbanisme. Ce choix a été fait avec a volonté délibérée de créer de toute pièce un endroit harmonieux où la qualité de vie serait le trait dominant. La maîtrise du tissu urbain, la cohérence de la mise en place, ont contribué à faire de la Grange-aux-Bois un quartier totalement ouvert sur l'avenir.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur les sites internet de la ville de Metz, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte Je refuse