Chauffage urbain : l'extension se poursuit à Queuleu

3 septembre 2018

Forte du 3e réseau de chaleur de France, la Ville de Metz poursuit ses travaux d’extension du réseau de chauffage urbain, dans le quartier de Queuleu. 

Metz possède, grâce à la centrale à biomasse de Chambière, le 3e réseau français de chauffage urbain, alimenté par de l’eau, vecteur de l’énergie écologique propre générée par la combustion de bois ou par la vapeur produite lors de l’incinération de déchets. Ce formidable outil permet à la Ville de Metz d’économiser de l’énergie, d’atteindre et de revoir à la hausse ses objectifs en matière de réduction des émissions de CO2, et de contrôler les prix proposés aux habitants.

Mise en service en 2013 par UEM, entreprise dont la Ville de Metz est actionnaire majoritaire, la centrale à biomasse de Chambière produit une énergie 100 % localealimentée pour plus de 60 % par des énergies renouvelables (combustion de bois recyclé et de plaquettes forestières, plus récupération de la vapeur en provenance des déchets ménagers). Elle permet aujourd'hui d'alimenter en chauffage l'équivalent de près de 40 000 logements et dessert la plupart des équipements publics (tous les hôpitaux, de très nombreux établissements scolaires, des gymnases, les piscines, les nouvelles réalisations immobilières, Muse, etc.).

Depuis le 30 juillet dernier, l’entreprise SOGEA, pour le compte d’UEM, a effectué des travaux d’extension du réseau de chauffage urbain, dans la continuité des travaux effectués l’été dernier dans le quartier de Queuleu. Ces travaux sont réalisés en différentes phases successives jusqu’au mois de décembre 2018.

À l’issue de ces travaux, un nouveau secteur sera alimenté par le réseau de chaleur, dont plusieurs équipements de la Ville qui seront raccordés : l’école maternelle Les Roitelets, l’école maternelle Les Petits Poucets, ou encore le gymnase du COSEC de Queuleu. Ce programme est soutenu par le ministère de l'environnement et de l'énergie, dans le cadre du dispositif "Territoires à énergie positive pour la croissance verte et pour le climat" qui encourage les actions concrètes contribuant à atténuer les effets du changement climatique.

À lire : l'énergie renouvelable se répand sur la ville, un reportage paru dans Metz Mag de novembre-décembre 2017

La première phase de travaux a eu lieu du 30 juillet au 27 août.

Du 3 septembre au 30 octobre, se déroule la deuxième phase de travaux :

  • la rue des Hauts Peupliers est fermée aux véhicules dans les deux sens de circulation, dans un tronçon compris entre le carrefour giratoire et la rue du Haut Noyer,
  • la rue Joseph Hénot est fermée à la circulation des véhicules uniquement dans le sens Roederer vers Général Dalstein et dans le tronçon compris entre ces deux rues.
  • La rue Roederer (entre le rue Joseph Henaux et la Rue Charles Peguy), la Rue Charles Péguy, la rue du Docteur Lallemand et la rue Frédéric Mistral, sont fermées aux véhicules dans les deux sens de circulation et le stationnement est supprimé le temps des travaux.

Un plan de déviation sera mis en place, incitant les véhicules à s’orienter depuis le pont Lothaire vers la rue des Déportés, et depuis l’avenue de Strasbourg vers la rue du Fort de Queuleu.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur les sites internet de la ville de Metz, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte Je refuse