Un cèdre de la paix square Giraud

2 novembre 2018

Mercredi 7 novembre, Dominique Gros, maire de Metz, Elvira Garbes, première adjointe au maire de Trèves et le général de corps d’armée Gilles Lillo, gouverneur militaire de Metz, procèderont à la plantation d’un cèdre de la paix.

Considéré comme un arbre sacré, le cèdre du Liban a été choisi car il représente le symbole de l’espoir, de la liberté et de la mémoire. Inscrite dans le cadre du centenaire de la fin de la guerre 14-18, cette cérémonie sera placée sous le signe de l’amitié franco-allemande avec la participation d’autorités et de jeunes français et allemands.

Cet évènement est également organisé avec le collège Mermoz de Yutz, dont le travail pédagogique a permis aux élèves du « club jardin » d’entreprendre les recherches sur les caractéristiques horticoles mais aussi très symboliques du cèdre. Majestueux, le cèdre aux branches étalées et au feuillage persistant vert clair peut atteindre 25 à 30 mètres de hauteur. Peu exigeant pour le sol, il s’accommodera ainsi parfaitement des terrains caillouteux et drainants du square Giraud. La reprise du cèdre étant difficile sur des sujets trop grands, le choix s’est volontairement porté sur un jeune arbre de 1 mètre de haut, en motte.

Ce cèdre de la paix sera planté à la suite du séquoia géant (sequoiadendron giganteum) qui a dû être abattu, au même endroit, au début de l'été. Implanté au centre du square Giraud, ce sequoia était contemporain de la construction du palais du Gouverneur, et figurait dans la liste des arbres remarquables de Metz, tant pour son âge (estimé à 110 ans) que pour sa hauteur (25 mètres). Mais, mardi 26 juin, ce vieil arbre avait dû être abattu, en raison de son dépérissement. La succession d’étés secs et la nature du sol du square Giraud n’offraient pas les conditions optimales pour ce type d’arbre ; elles ont eu raison de sa longévité.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur les sites internet de la ville de Metz, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte Je refuse