Vendredi 2 septembre, François Grosdidier, Maire de Metz et Président de l'Eurométropole de Metz, a convié la presse à une conférence de rentrée, au cours de laquelle il a fixé les objectifs et les moyens mis en oeuvre afin de répondre aux enjeux majeurs pour le territoire, et aux problèmes concrets rencontrés par les habitants. 

 

Humilité, lucidité, volonté et recherche permanente de la concorde : telles sont les valeurs qui guident la conduite de l'ensemble des projets menés collectivement par l'équipe municipale et métropolitaine. « Un Maire n'est pas au-dessus des habitants, mais se doit d'être au milieu d'eux, auprès d'eux » a insisté d'emblée François Grosdidier.

 

Un contexte difficile, une situation héritée délicate

 

Après avoir rappelé le contexte international, notamment ses incertitudes géopolitiques et leurs conséquences, puis national, avec des phénomènes de radicalisation et d'hystérisation dans les relations sociales, François Grosdidier a fait le point sur le positionnement de la Ville : « À Metz nous n'oublions pas l'Ukraine, nos actions de solidarité en faveur du peuple ukrainien se poursuivent ». Après s'être rendu dans le pays en guerre, le Maire de Metz a accueilli le Maire de Tchernivsti, ville ukrainienne avec laquelle Metz a contracté un nouveau jumelage. Il sera d'ailleurs invité à s'exprimer lors du prochain Conseil municipal du 29 septembre.

Avec lucidité, dans une conjoncture difficile en raison de la guerre en Ukraine et de l'explosion des prix de l'énergie, entraînant en 2023 un surcoût prévisionnel pour la collectivité de l'ordre de 7 millions d'euros, le Maire de Metz a déploré la situation financière de la Ville lors de sa prise de fonction : une dette multipliée par 6 entre 2008 et 2020, une épargne brute amoindrie, reposant quasi exclusivement sur les dividendes de l'UEM :
« Cela n'est pas sain sur le plan de la gestion. Cet héritage nous oblige à adopter une trajectoire financière très précise et nous conforte dans notre vision d'un programme humble, nourri de promesses mesurées répondant aux attentes concrètes et quotidiennes des habitants, sans dépenses pharaoniques. Je suis là pour servir la ville, non pas pour laisser une marque dans son architecture… L'humilité amène a davantage de lucidité, être proche des citoyens, savoir ce dont ils ont vraiment besoin. Cela me fait redoubler de volonté ! ».

 

Volonté politique 

 

Pour François Grosdidier, elle doit s'appuyer sur 3 axes :

- Faire entendre la voix de Metz, à Paris, à Strasbourg et bien au-delà, afin de peser dans le concert des métropoles.
- Répondre aux besoins quotidiens des Messins tout en créant un véritable climat de concorde.
- Engager pleinement la Ville de Metz et l'Eurométropole dans la transition écologique.

« Faire entendre la voix de Metz sans faire de la communication uniquement pour de la communication ». Il s'agit d'un travail de fond, dans l'ombre, sur des dossiers majeurs tels que le schéma régional des déchets, le projet de l'A31 bis, l'interconnexion ferroviaire, les relations avec le Luxembourg, la réactivation du Quattropole et des liens avec Trèves et Sarrebruck, le port de Metz, l'aéroport régional, la concrétisation de l'universitarisation du CHR (Centre Hospitalier Régional), le devenir de l'Université de Lorraine.
« Je n'accepte plus qu'on étouffe Metz et son Eurométropole, qu'on la ralentisse, qu'on l'entrave dans son développement » a réaffirmé avec détermination François Grosdidier.

 

Rendre la ville attractive

 

Lorsqu'on connaît la beauté de Metz, son attrait dans de nombreux domaines, lorsqu'on constate l'ébahissement des personnes qui la découvrent, il est à regretter qu'il y ait un aussi fort décalage entre les a priori et la réalité. D'où la nécessité de mieux la faire connaître, notamment au moyen de campagnes d'attractivité, aussi bien au niveau national qu'au niveau européen et international. Source de satisfaction, il n'y a jamais eu autant de touristes à Metz (le domaine de la restauration l'attestant avec des hausses significatives de la fréquentation).

Pour autant, il convient de valoriser encore davantage ses atouts : véritable ville musée à ciel ouvert, ville jardin, ville d'eau, ville aux 3 000 ans d'histoire. Les nombreuses actions qui portent sur l'entretien et la valorisation du patrimoine vont dans ce sens. Et en perspective, l'extension du label « Ville d'art et d'histoire » à l'ensemble du territoire métropolitain.

Les projets de réaménagement de l'axe rue Serpenoise-rue de Ladoucette (requalification complète, avec reprise des réseaux), de la place et du passage Coislin (végétalisation, apaisement de la circulation, révision de la reconversion de l'hôpital Sainte-Blandine), d'embellissement du quartier d'Outre-Seille (au sein duquel les propriétaires seront amenés à participer au renouvellement des façades) seront mis en oeuvre dès 2023.

Le succès de la piétonisation de la Fournirue amène à présent à envisager la piétonisation de la rue des Allemands, dont l'expérimentation aura lieu au printemps prochain. Il sera ainsi possible de se rendre sereinement à pied ou à vélo de la Porte des Allemands à la Cathédrale Saint-Étienne, en s'assurant que des solutions adéquates (révision du plan de circulation du quartier, place des Paraiges, rue des Tanneurs) soient mises en oeuvre pour l'ensemble des usagers, sans opposer les uns aux autres.
« Expérimenter. Je revendique cette façon de procéder. Les projets doivent être expliqués, partagés, pour mesurer ensemble leurs conséquences, leurs impacts. Rester déterminé quant aux buts, mais sans créer de tensions, c'est ma méthode, nous devons faire avec les habitants, nous n'avons pas raison contre eux, c'est à nous d'emporter l'adhésion » a affirmé le Maire-Président.

Tout ce qui relève de la sécurité et de la propreté, axes majeurs de la politique municipale, participe aussi fortement à cette recherche d'attractivité.

Un objectif : réenchanter le centre-ville, faire venir les gens à Metz d'abord pour le plaisir d'y être, et pour qu'ils contribuent au dynamisme de la ville. 

 

Répondre aux besoins des Messins et des habitants de l'Eurométropole

 

Avec la réouverture des Mairies de quartier, c'est un véritable circuit court d'administration locale qui est instauré, pour répondre au mieux aux doléances des habitants et leur apporter tous les services publics dont ils ont besoin. Ce dispositif est accompagné par les Conseils de quartier, dont le fonctionnement est optimisé grâce à l'articulation faite avec les mairies de quartier. Le Maire de Metz a insisté sur sa volonté de proximité avec les Messins : « En allant directement au contact lors de réunions publiques dans tous les quartiers, les problèmes des habitants nous sont exprimés directement par eux. Pas besoin de faire appel à un sociologue… ».

François Grosdidier a ensuite identifié les sujets importants de la vie quotidienne :

  • La sécurité : « Il faut faire plus. L'évolution de la délinquance, de l'agressivité, la dégradation des relations sociales, renforcent ma volonté de travailler sur le sujet, par des efforts continus, par la combinaison du déploiement de la vidéoprotection (1 000 caméras à Metz plus 600 sur le territoire métropolitain, centre de supervision urbaine) et de la présence humaine sur le terrain (équipes de police municipale nocturnes, îlotage) ». 
     
  • L'emploi, avec la création d'un vrai service de l'emploi à l'Eurométropole.
     
  • Le logement, notamment en sortant de l'ornière l'OPH Metz Métropole, devenu SEM Eurométropole de Metz Habitat. Mais aussi en étoffant le grand programme de rénovation urbaine de l'ANRU, qui ne portait initialement que sur les quartiers de Borny et de Bellecroix, avec des projets pour le quartier de la Patrotte Metz Nord.

 

S'engager pleinement dans la transition écologique

 

Cela passe par de nombreuses actions dans des domaines divers :

  • La mobilité, avec l'extension de la ligne A du Mettis (vers l'hôpital Robert Schuman et Stellantis), la création de la troisième ligne C, et un mode de fonctionnement le plus propre en matière de mobilité : l'hydrogène. Plus généralement, une refonte globale du réseau de transports en commun sera entreprise, avec la fin d'un réseau tout en étoile pour prendre en compte les usages effectifs, les liaisons interquartiers, à l'instar de la nouvelle navette reliant Borny à Bellecroix jusqu'à Saint-Julien-lès-Metz ; le maintien d'une navette gratuite au centre-ville ; ou encore l'amélioration de la desserte de communes de l'Eurométropole. Il convient également de renoncer au diesel dans l'achat de véhicules pour les collectivités, en optant pour des voitures hybrides ou électriques. La marche doit être rendue plus agréable, au moyen d'un Plan piétons incitatif.
     
  • La gestion des déchets, avec la poursuite du programme d'implantation des Points d'Apport Volontaire Enterrés (PAVE), accompagné de mesures d'information et de pédagogie d'une part, et de mesures répressives d'autre part (vidéosurveillance, verbalisation). Le Maire-Président étudie l'instauration d'une taxe incitative sur les ordures ménagères : « Nous serons à ma connaissance la ou l'une des premières collectivités du Grand Est à mettre cela en application. Je crois aux vertus de la pédagogie et de la responsabilité ». La bonne gestion des déchets demande d'accélérer sur la méthanisation, avec à terme la création d'un méthaniseur, le développement du biogaz produit avec les biodéchets (récupération des déchets de la restauration collective et dans les restaurants).
     
  • La rénovation thermique des bâtiments, avec une subvention versée à l'ALEC du Pays Messin pour son accompagnement en la matière multipliée par 7 depuis le début du mandat, et la fin du fioul pour chauffer les équipements publics.
     
  • L'éclairage public, avec une attention particulière dans la constitution de la trame noire, l'extinction de l'éclairage aux heures les plus avancées de la nuit, si cela ne compromet pas la sécurité.
     
  • La végétalisation, avec la plantation d'arbres déjà multipliée par 3 depuis le début du mandat, des aménagements végétaux partout où cela est possible, notamment dans les cours d'école, la création de forêts urbaines, la mise en place d'îlots de fraicheur dans toute la ville.
     
  • La préservation de la biodiversité, avec notamment la création d'un pavillon sur ce thème au Musée de la Cour d'Or.
     
  • La culture de l'écologie et la synergie des associations œuvrant dans ce domaine, coordonnées par le Haut Lieu de l'écologie urbaine des Récollets, dont le jardin suspendu ouvre au public.

 

 

« Loin des intérêts de la politique politicienne », François Grosdidier, Maire de Metz, Président de l'Eurométropole de Metz, a conclu sa présentation en réaffirmant son unique volonté, partagée par l'ensemble de l'équipe municipale, de se consacrer entièrement aux problèmes quotidiens des habitants, à l'amélioration de leur cadre de vie et à la recherche d'une puissante attractivité du territoire. 

Cookies

En poursuivant votre navigation sur les sites internet de la ville de Metz, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte Je refuse